Annonce

Mille habitants de plus au lieu de 1700 à Oron


23.07.2018

 

Le canton a fini par accorder à la commune d’Oron une autorisation de construire un programme pour 1100 habitants et non plus 1700 comme imaginé initialement.


Le premier dossier pour une densification à Palézieux est né en 1990 et prévoyait à l’époque 660 nouveaux habitants, avant d’être abandonné. Mais quand il se représente vingt ans plus tard, l’Etat de Vaud, qui ne le trouve pas assez dense dans une région considérée comme un centre régional important du canton, porte la densification à 1700 habitants sur une surface de 135’000 m2. Le terrain inclut une zone agricole appartenant à Hans-Ruedi Blaser qui accepte de se joindre au projet en participant à celui-ci à hauteur de 300'000 francs. 

Après une fusion de dix communes en 2012, un changement de la LAT, loi d’aménagement du territoire en 2013, le projet présenté à la mise à l’enquête en 2015 ne peut plus inclure de zone agricole et est refusé. En juillet 2018, après un plan directeur réadapté, Oron va enfin pouvoir développer son projet de densification à Palézieux-Gare, accepté par le canton.

 

Zones agricoles intouchables

Le dossier nommé Palézieux Plus comprend le plan de quartier dans le secteur de la Sauge mais également des travaux autour de la gare de ladite bourgade. Finalement, un accord a été trouvé avec le canton de Vaud. «L'Etat a validé un redimensionnement à la baisse par rapport au programme initial», explique Olivier Sonnay, municipal oronais en charge des constructions. Le plan de quartier (PQ) original comprenait 1700 à 1800 habitants. Après les dernières décisions, seules les parcelles déjà en zone constructibles pourront recevoir des bâtiments dont l’ensemble accueillera un maximum de 1100 âmes. La partie du projet qui devait se faire sur la zone agricole a été supprimée et l'agriculteur qui avait avancé 300'000 francs pour le premier PQ sera remboursé si le 2e PQ aboutit.

 

Logements et activités vers 2021

Même si le projet est réduit en taille, les esquisses dessinées par le bureau 2b architectes ne devraient pas beaucoup changer dans les grandes lignes. «Nous voulons éviter une zone dortoir, assure Olivier Sonnay. Nous comptons implanter des activités telles qu'un centre médical, voire quelques commerces.» Pour obtenir la validation finale du législatif, la planification et la mise à l'enquête seront prêtes en 2019. «Nous comptons démarrer les travaux en 2021, ajoute le municipal. Grâce à la précédente mise à l'enquête, nous avions dégrossi la situation. Les oppositions avaient relevé certains points faibles du projet que nous avons pu corriger depuis.» En ayant fusionné dix communes, Oron compte actuellement 5000 habitants répartis sur 24,6 km 2.