Annonce

Dominique Perrault et ses projets pour la Suisse


15.05.2018

 

Dans son livre  Dominique Perrault Architecture – Territoires et horizon, Frédéric Migayrou écrit : « En quelque dix années, l’agence de Dominique Perrault aura vu passer sur ses tables près de vingt-cinq projets ancrés en Suisse.» Certains objets sont à l’étude, d’autres, en cours de construction.


L’architecte français, devenu célèbre en 1989 lorsqu’il a remporté le concours de la Bibliothèque nationale de France, à Paris, est également connu pour son élégante discrétion. On lui doit des œuvres magistrales comme le Vélodrome et la piscine olympique de Berlin, l’extension de la Cour de justice des Communautés européennes à Luxembourg, le centre olympique de tennis à Madrid, le campus de l’université féminine Ewha à Séoul ou encore la tour Fukoku à Osaka. Professeur à l’EPFL (l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) et conférencier international, Dominique Perrault est aussi l’auteur de plusieurs projets d’architecture pour la Suisse.

 

La Tour de l’Esplanade à Fribourg

Sur le site de l’ancienne gare des Pilettes, hors d’activité depuis 80 ans, les Chemins de fer fédéraux (CFF) ont organisé en 2012 un concours d’architecture pour requalifier le quartier. La proposition du bureau Dominique Perrault a remporté le premier prix en 2015. Le projet consiste à transformer le site actuellement difficile d’accès en une esplanade reliée à la ville par un jeu d’emmarchement continu. La Tour constitue la partie emblématique de ce renouveau. Haute de 60 mètres, avec 17 étages, elle abritera des commerces et des bureaux, ainsi que des logements, sur les six derniers étages.

Son profil irrégulier, qui rappelle l’architecture du Théâtre Equilibre, est évidé à la base pour dégager une continuité entre l’esplanade et le parking. Dans sa découpe, en hauteur, le projet prévoit la création d’un restaurant doté d’une extraordinaire terrasse avec vue sur la ville et le cours de la Sarine. Des pourparlers engagés depuis 2015 entre les CFF et une association d’habitants touchés par les travaux viennent d’aboutir à la signature d’une convention réglant travaux et indemnisation. Le projet de la Tour de l’Esplanade pourra être mis à l’enquête en fin d’année.

 

Le bâtiment BI, et la nouvelle halle mécanique, à l’EPFL

Inauguré en 2013, le bâtiment BI, facilement repérable à ses façades multicolores en verre émaillé,  abrite les services centraux de l’école. « Il s’agissait de repositionner l’administration au cœur du campus et de l’installer de plain-pied avec la rue, précise Dominique Perrault. D’ordinaire, l’administration est logée dans des bâtiments plutôt anonymes et gris. Le mien, je l’ai voulu coloré, identifiable. Incluant un café et un bureau de poste, il relève par ailleurs de l’espace public. » Ce bâtiment avait été budgétisé à 13 millions de francs.

Quant au nouveau bâtiment ME, dédié à la mécanique, il est le projet lauréat d’un concours international de 2011. L’édifice se déploie sur 19'000 m2 et présente 7,20 m de côté pour 3,90 m de haut et se compose de deux ailes reliées par un grand atrium central. Très remarqué pour son jeu de charnières métalliques en façade, composé de modules incluant un cadre tenant de la maille métallique, l’œuvre superpose les aplats et les lignes entrecroisées.

 

Restent à l’étude le nouveau quartier de la gare de Locarno, le projet Vulcano à Zürich, le développement du quartier de l’étang à Vernier-Genève, entre autres. Le patrimoine suisse s’enrichit progressivement des œuvres de l’un des plus talentueux architectes contemporains.