CERN: fin des réparations du LHC

CERN: fin des réparations du LHC

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: sdsdsdsd
 Arrêté depuis un an suite à une anomalie survenue quelques jours après son démarrage, le LHC devrait redémarrer à la mi-novembre. Si l'arrêt a duré plus d'un an, c'est qu'il a fallu s'assurer que ce type d'incident ne se reproduise pas.
sdsdsdsd
Source: 
sdsdsdsd
dsdsdsd
 e dysfonctionnement responsable de l’arrêt du LHC, dû à une connexion électrique défectueuse entre deux aimants de l’accélérateur, a entraîné des dommages mécaniques et un dégagement d’hélium dans le tunnel. Étudié de manière approfondie par les ingénieurs du projet, cet incident a aujourd’hui peu de chances de se reproduire à l’avenir. Les réparations auront coûté quelque 35 millions de francs.

Voyage dans le Temps - Le LHC a-t-il été saboté depuis le futur?

 «La mise en service du LHC pourrait créer un trou noir et engloutir la planète.» Peu avant l’inauguration de l’accélérateur de particules en 2008, le professeur de biochimie allemand Otto Rössler créait l’inquiétude avec une théorie jugée toutefois improbable par la majorité des scientifiques.
 
Mais une panne a paralysé la machine peu après son lancement. Pour deux physiciens, le Dr Holger Bech Nielsen de Copenhague, et le Dr Masao Ninomiya de Kyoto, l’interruption de l’expérience trouverait son origine dans le futur.
 
Tuer son grand père
Selon les deux professeurs, chercher à produire le boson de Higgs, la particule censée être à l’origine de la masse de la matière, serait une aberrance de la nature. C’est pourquoi une «contrainte» venue du futur serait en mesure de saboter le projet une fois abouti. Un voyageur qui remontrait le temps pour tuer son grand-père, en quelque sorte. Mais de quelle contrainte il s’agit et dans quelle mesure le boson de Higgs serait problématique, les scientifiques ne sont pas parvenus à l’expliquer.
 
Les deux physiciens auraient élaboré leur explication avant l’incident qui a paralysé le LHC pour une année, indique The New York Times. «Cette panne est une drôle de coïncidence qui pourrait nous faire croire à notre propre théorie», relève le Dr Ninomiya.