Nouvelles marches de l’Olympe: le chef-d’œuvre se découvre!

Le seigneur des anneaux ouvre les portes de son précieux escalier

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: CIO-Adam Mork
Nouvelles marches de l'Olympe à découvrir

L’occasion est unique. Ce vendredi 13, de 17 h 00 à 20 h 00, et samedi 14, de 10 h 00 à 17 h 00, le CIO ouvre exceptionnellement au public les portes de son nouveau siège à Vidy. Un édifice aussi beau qu’un musée avec une pièce maîtresse exceptionnelle: l’escalier olympique.

Quand les invités pénètrent à l'intérieur de la Maison olympique, flambant neuve, ils sont frappés par la lumière naturelle qui inonde l’édifice. Omniprésente, chaleureuse, jamais éblouissante. Dans cette cathédrale de verre et d’acier, tout est légèreté et subtilité. Rien d’ostentatoire. Au premier coup d’œil, même l’escalier central se veut discret. Revêtu de chêne, il relie les différents étages de ce bâtiment haut de 17 m. Elégant, sobre, délicat. Cachées par les rambardes, les volées de marches démarrent sur la droite, perpendiculaires à l’entrée principale. Mais c’est là... au pied de cet escalier que le visiteur reste bouche bée.

Improbable mécanique de béton

Pierre de Coubertin avait dessiné les cinq anneaux olympiques entrelacés, représentant l’union des cinq continents et la rencontre des sportifs du monde entier. Son symbole olympique a été réinterprété par le bureau d’architectes danois 3XN pour en faire une véritable sculpture, un chef-d’œuvre de design. Dans une improbable mécanique, l’escalier principal, tout en ellipses, semble s’élever vers un point de fuite inaccessible. Il relie l’ensemble des étages par un atrium couronné d’un puits de lumière de 13 m de diamètre. C’est le cœur du bâtiment, le lien, le cordon qui favorise le sentiment de communauté et dessert les espaces d’exposition, la cafétéria et les salles de réunion aménagées autour de ce bijou d’ingénierie.

BFUP à la rescousse

Pour calculer le comportement statique et dynamique de cet escalier dont les trémies, à chaque étage, sont décentrées les unes par rapport aux autres, les ingénieurs ont d’abord dû le modéliser numériquement. Pas évident quand chaque volée d’escaliers est constituée d’un disque incliné avec deux volées en demi-cercle et que chaque anneau est décentré par rapport à celui de l’autre étage. Ce qui bien sûr décale la trémie à chaque niveau. A l’arrivée, les cinq ouvertures de 16 m de diamètre s’intègrent dans un grand cercle de 26 m de diamètre. Le tout, sans porteur vertical bien sûr. Pour atteindre la rigidité nécessaire, les concepteurs ont opté pour un système mixte de poutres en acier qui collaborent avec une dalle en béton fibré à ultra hautes performances (BFUP), sur laquelle l’escalier s’appuie à chaque bord. La hauteur statique complète de la dalle est de 60 cm (12 cm de dalle + 48 cm de poutre métallique).