Emotion pour la montre

Les marques Swatch et Omega se dotent de deux nouveaux bâtiments

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard
Emotions horlogères

Pour ses marques Swatch et Omega, le groupe Swatch dispose à Bienne de deux bâtiments neufs, réalisés avec des matériaux locaux et le talent de l’architecte japonais Shigeru Ban. Le complexe se divise en deux bâtiments, le premier de forme classique et l’autre se présentant comme un serpent géant.

Patrons du groupe Swatch, Nayla et Nick Hayek se qualifient d’ambassadeurs de l’émotion. Le nouveau siège des marques Swatch et Omega à Bienne leur inspire ce sentiment. Ils veulent surtout le partager avec leurs employés et les habitants de la ville. «Ces nouveaux bâtiments doivent donner l’envie à chacun de venir les regarder de près, souligne Nick Hayek. Ils sont transparents, brillent de mille feux la nuit, et sont un plus architectural pour cette ville».

Rondeurs et rigueur

Swatch Group a fait appel à une sommité mondiale de l’architecture pour réaliser ses deux nouveaux bâtiments. Le Japonais Shigeru Ban a donc partagé et rendu l’émotion qui fait la force de l’industrie horlogère suisse. Il s’est permis tout d’abord une analyse de l’image véhiculée par Swatch, «tout en rondeurs et éprise de liberté», et d’Omega, décrite comme «plus stricte», s’amuse-t-il.

Un boa constructeur

Le résultat est saisissant, monumental, lumineux, chaleureux. Avec son serpent  de 240 mètres de long, 35m de large et 27m de haut, la marque  Swatch propose une structure qui lui a déjà valu quelques surnoms : Le «boa» tient la corde, pour venir en quelque sorte «manger» la Cité du Temps dévolue aux musées des deux marques et à l’ellipse du Nicholas G. Hayek Conference Center. «Nous préférons parler d’architecture organique», soulignent à la fois l’architecte et la direction du groupe.

Bois omniprésent

Organiques, les deux bâtiments le sont. Tout d’abord parce que le bois suisse – en majorité de l’épicéa - y est omniprésent. «Il s’agit de la seule ressource véritablement durable», explique Shigeru Ban. La façade de 11000m2 repose sur une ossature grillagée en bois. Le matériau se travaille avec flexibilité, ce qui permet d’en faire des découpes très précises. L’ossature supporte 2800 alvéoles composées chacune d’une cinquantaine de pièces. Chaque cellule est décrite comme transparents, translucide ou opaque. La lumière est ainsi filtrée dans le bâtiment où tout le monde travaille en openspace.

Balcons pour fumer

Nayla Hayek rappelle que son frère fume le cigare au travail, et qu’il «a ainsi besoin de balcons pour cela». Il y en a neuf, d’une surface de 10 à 20m2, et offrant une vue sur les différents étages de ce bâtiment. 124 croix suisses au plafond améliorent l’acoustique intérieure.

Locaux écoresponsables

Le bâtiment est équipé de 442 panneaux photovoltaïques et récupère les eaux souterraines pour le chauffage et la climatisation. C’est donc des locaux écoresponsables qui abritent actuellement 270 personnes pour 400 postes de travail possibles.

Pour la mémoire

Juste à côté, le second bâtiment, appelé la Cité du Temps, comporte cinq étages pour 80m de long, 17 de large et 28 de haut. Il est dédié à la mémoire du passé du groupe, avec deux musées et une salle de conférence pouvant acceuillir 400 personnes. L’ensemble a coûté près de 220 millions, dont 125 pour les nouveaux bâtiments, et est destiné à accueillir le centre stratégique des deux marques. «Il ne nous manque plus que des hôtels destinés à recevoir dignement nos visiteurs», lance Nick Hayek à l’attention de la ville de Bienne. L’émotion, toujours, mais au service des affaires…