Le gratte-ciel de céramique qui "respire"

Le gratte-ciel de céramique qui "respire"

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Methanoia et Plompmozes
La tour qui respire comme un serpent

Dubai est sans conteste un des hauts lieux de l’architecture du XXIe siècle. La preuve : cette nouvelle tour torsadée, habillée d’ailettes en céramique, imaginée par l’agence hollandaise UNStudio.

Comment parvenir à se distinguer quand on est à proximité du plus grand gratte-ciel de la planète ? Comment sortir de l’ombre des 828 mètres du Burj Khalifa? Pour Wasl Asset Management Group, un des principaux promoteurs immobiliers de Dubai, la course aux records était hors de question. Sa seule exigence était de développer un concept fort et durable, connecté à la ville. La réponse de UNStudio, l’agence néerlandaise spécialisée dans l'architecture et le développement urbain et des infrastructures, a été à la hauteur des aspirations du maître d’ouvrage.

Cette tour de 302 mètres de haut se distingue d’abord par son design asymétrique et torsadé, tel un ruban d’ADN. En fait, le dessin de la tour est inspiré par le "contrapposto" couramment utilisé dans la sculpture classique, cette légère vrille du buste destinée à donner un effet de mouvement dynamique.

Autre particularité notable de l’édifice: il est doté d'une des plus hautes façades en céramique du monde, composée de matériaux à base d'argile, avec une dentelle superposée de tuiles en forme d'ailettes. Celles-ci sont conçues pour assurer l'efficacité énergétique et le confort, en fournissant de l'ombre contre la canicule de Dubaï.

Résistante et malléable

Alors que les façades en verre reflètent les charges thermiques dans l'espace environnant, les matériaux céramiques protègent la charge thermique entrant dans le bâtiment et réduisent la charge thermique dans les zones urbaines autour du bâtiment. D’autre part, la céramique, qui peut être plus résistante que le béton, est suffisamment malléable pour permettre des formes "fantastiquement innovantes" selon UNStudio.

Reflets d'écailles qui respirent

Les architectes veulent également jouer avec la forme et la composition des ailettes en céramique. Ces éléments qui font penser à des écailles reflèteront la lumière du soleil selon des motifs rythmés pour donner l'apparence d'un bâtiment qui respire. Un effet similaire sera produit la nuit par des lumières LED derrière la façade.

Le complexe immobilier est une tour à usage mixte comprenant des zones résidentielles, des bureaux, des appartements avec services, des restaurants et des bars, un spa et une piscine ainsi qu'un hôtel 5 étoiles du groupe hôtelier Mandarin Oriental. Le coût de la construction est estimé à 400 millions de francs. La tour doit être inaugurée en août 2021.