De jeunes suisses s’attaquent à la pauvreté via le béton sans ciment

Cette startup veut lancer la maison durable pour tous les budgets

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Swissinfo
A l'EPFZ une startup compte bien révolutionner la construction

Une architecte, et deux spécialistes des matériaux comptent bien révolutionner l’industrie de la construction avec leur béton sans ciment.

Fait à base de matériaux d’excavation argileux, le béton sans ciment mis au point par la startup serait principalement destiné aux pays en développement. Révélée par Swissinfo, la startup Oxara vient d’«Ossara», qui signifie commune en Kabiyé. Le scientifique Gnanli Landrou, lui-même Togolais, a fondé l’entreprise l’automne dernier et avec Thibault Demoulin, également spécialiste des matériaux, et l’architecte Daria Andati, ils travaillent dans un grand atelier de l’Ecole polytechnique fédérale (EPFZ).  

 

Moins de CO2 et moins cher

Le béton est le matériau de construction le plus utilisé au monde. Mais pour le lier, il faut du ciment, dont la production consomme beaucoup d’énergie et émet beaucoup de CO2. Un autre problème est la rareté des ressources: faire du béton demande du ciment, mais aussi des tonnes de sable et de gravier. Pour beaucoup, le béton est simplement trop cher.

«Le béton développé par Oxara est 90% plus respectueux de l’environnement et 60% moins cher», affirme Gnanli Landrou. Respectueux de l’environnement car il ne contient pas de ciment et peut être produit avec des matériaux d’excavation argileux. Il s’agit simplement de la terre que l’on retire en creusant le sol pour la construction, mais il faut qu’elle soit argileuse. Actuellement, on se contente de la transporter dans des décharges. «Plus de 90% des matériaux que nous utilisons pour notre béton viennent du sol», poursuit notre interlocuteur. Ce qui rend la solution d’Oxara nettement moins coûteuse.

Primé au concours

Cette idée a récemment remporté un prix au concours Together we’re better, mis sur pied par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO). La start-up va utiliser les 10'000 francs du prix pour un projet pilote en Afrique. Elle prévoit de collaborer avec l’ONG Earth Enable au Rwanda, qui construit déjà pour la population locale des sols spéciaux.

«Avec la technique d’Earth Enable, il faut quatre semaines pour que la maison soit habitable», explique Gnanli Landrou: trois pour la construction et le séchage des fondations en terre battue, et une pour les finitions. Le mélange de matériaux fourni par Oxara sèche plus vite et coffrer avant de couler une dalle prend moins de temps que de la tasser de manière traditionnelle.