08:04 DIVERS

Les Genevois demandent au canton de racheter la Tuilerie de Bardonnex

Genève se mobilise encore pour la Tuilerie de Bardonnex. Près de 150 personnes ont déjà signé une lettre pour demander au canton de racheter le site de production au nom de l’intérêt public. L’entreprise est en effet dépositaire d'un savoir-faire inestimable pour la construction sur l’arc lémanique.

Tuilerie Bardonnex 2

Quelle: Unia

Les syndicats n’ont jusqu’à présent pas réussi à sauver l’entreprise.

Même s’il est difficile, le syndicat Unia et les travailleurs de la Tuilerie de Bardonnex (GE) poursuivent leur combat pour sauver l’entreprise menacée de fermeture. Devant l’intransigeance du propriétaire, Unia indique dans un communiqué s’être tourné vers la présidente du Conseil d’Etat genevois pour demander que le canton étatise l’usine ou, au mieux, la rachète au nom de l’intérêt public. Le syndicat a élaboré une lettre-type déjà signée par 150 personnes.

La mobilisation pour ce savoir-faire traditionnel en matière de construction ne faiblit donc pas. Mais le propriétaire de la tuilerie n’en fait qu’à sa tête. Jugée peu rentable, l’entreprise de Bardonnex est depuis plusieurs mois sous le coup d’une décision de fermeture définitive. Son personnel sera licencié.

L’usine est pourtant dépositaire d’une valeur patrimoniale inestimable. La fameuse tuile jaune qu’elle produit orne une bonne partie des plus grands monuments des cantons de Vaud et de Genève. Dont le collège Calvin, à Genève, ou le château de Chillon. Les Genevois tiennent à défendre leur patrimoine bâti, et la lutte pour poursuivre l’activité à Bardonnex trouve ainsi un écho public considérable.

Elus aux créneaux
Les élus genevois sont aussi montés aux créneaux. Les rumeurs vont bon train en ce qui concerne l’avenir du site de production. Unia évoque des projets immobiliers ou même une gravière ou une décharge! Toutes les tentatives de négociations avec la direction et le propriétaire de l’entreprise se sont révélées vaines.

Gasser Ceramic, le propriétaire, a confirmé il y a un mois la fermeture du site de Bardonnex et la délocalisation de ses activités à Rapperswil (SG). Des raisons économiques sont à l’origine de cette décision. Le Conseil d’Etat n’a pu que regretter cette décision. Le canton et un mécène avaient pourtant proposé six millions pour accorder un sursis de deux ans à la tuilerie. Le propriétaire avait déclaré que l’offre était insuffisante.

Lire encore

Annonces

Dossiers

Coronavirus
© Suva

Coronavirus

Entreprises et chantiers s’accrochent aux mesures sanitaires

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.