Le «Chromoscope ou l’expérience - métis» de l’EPFL: «Dans l’art construit, il faut accepter la part de l’oeuvre qui échappe à l’artiste»

Le «Chromoscope ou l’expérience - métis» de l’EPFL: «Dans l’art construit, il faut accepter la part de l’oeuvre qui échappe à l’artiste»

Gefäss: 
Depuis les années 1990, l’artiste lausannoise Catherine Bolle évolue entre les arts plastique et l’architecture. En s’inspirant du concept architectural, elle peint sur verre, plexiglas ou bronze des œuvres vibrantes et énigmatiques, à l’image des nombreuses cartes topographiques qui jalonne son travail. Pour son dernier projet en date, le «Chromoscope ou l’expérience - métis» de l’EPFL, elle a peint l’équivalent de 4000 m2 d’élément de fibre-ciment, dans la gamme de production Eternit (Suisse)...
(link is external) L’article complet en PDF

Tous les contenus en ligne de BatimagPLUS sont inclus dans l'abonnement Batimag

S’inscrire

Vous n'êtes pas encore abonné mais souhaitez lire l'article maintenant?