Les Ports-Francs, à Genève, deuxième centrale solaire romande en taille

Les Ports-Francs, à Genève, deuxième centrale solaire romande en taille

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Yves Bussard , SIG

Le solaire peut se développer en Suisse sur le toit des bâtiments, pour offrir une alimentation énergétique de proximité. Les Ports Francs de Genève viennent de franchir le pas et ouvrent l’un de plus grands sites photovoltaïques de Suisse romande. Sans pour autant détrôner Mont-Soleil (BE).

L’énergie photovoltaïque est en plein boom en Suisse romande. A tel point que l’éolien risque d’être relégué au second plan de la promotion du renouvelable. Quoi qu’il en soit, le solaire, à l’emprise au sol qui peut se révéler gourmande, suscite moins de controverses.

1 GWh par an

Premier canton romand à ouvertement afficher sa volonté de ne plus recourir au nucléaire, Genève est très actif sur le front du solaire. Les Services industriels genevois (SIG) viennent en effet d’inaugurer 4000 m² sur le toit du bâtiment des Ports-Francs. Soit un site de production de 1 GWh par an, pour alimenter un potentiel de 340 ménages. Il ‘agit de la soixantième centrale solaire installée dans la cité de Calvin.

Sur le toit, la solution

La solution d’installer des centrales solaires sur les toits des bâtiments est privilégiée en Suisse, pays à l’habitat plus dense. Les champs couverts de panneaux photovoltaïques visibles au centre de l’Allemagne ne pourraient ainsi pas avoir droit de cité ici. D’autres endroits de Suisse romande s’y mettent. Ainsi la patinoire de Saint-Léonard a .été franchi ce pas cet été, avec l’installation, par le Groupe E de 3700 m² de panneaux sur le toit du bâtiment. Cela pour permettre d’alimenter tout le site sportif en énergie à terme, avec l’appui de la ville de Fribourg.

Mont-Soleil est au sol

La plus grande centrale solaire de Suisse n’est toutefois pas détrônée par le projet genevois. Le site de Mont-Soleil, dans le Jura bernois, reste le leader incontesté avec ses 4500 m². Avec la particularité d’être installé au sol depuis 1992. La centrale reçoit de très nombreux visiteurs par année et approvisionne, avec les éoliennes construites à proximité, le quart de l’électricité consommée par la Ville de Saint-Imier en contrebas.

Eolien contesté, solaire encouragé

A l’heure où les projets éoliens s se heurtent partout aux oppositions vives des milieux de protection du paysage, le solaire sur les toits a une belle carte à jouer dans la promotion du  renouvelable. A Genève, les SIG se sont engagés dans cette voie, même s’ils veulent aussi installer des éoliennes en Suisse romande. Leur arrivée sur sol neuchâtelois est cependant perçue comme une agression.