Nouveau tour de vis pour les chantiers

Le Seco serre la vis pour faire respecter la santé sur les chantiers

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Haleco.fr

La santé sur les chantiers reste l’une des préoccupations majeures de la Confédération. Le Seco vient de publier une nouvelle liste de contrôle à cet effet. Les maîtres d’ouvrage sont tenus de s’y conformer en tous points.

Source: 
ici.fr

Le port du masque n'est pas généralisé, mais obligatoire pour certaines tâches.

Si les syndicats n’ont pas pu se faire entendre de la Confédération dans leur demande d’arrêt technique de la construction, la mise en conformité des chantiers en Suisse franchit une nouvelle étape. Le Seco vient de publier un aide-mémoire des prescriptions à respecter pour la reprise de l’activité.

Un congé payé pour les cas à risque

Basé sous la forme de questions réponses, le document aborde d’abord la question des personnes malades ou exposées à des pathologies du type diabète ou cancer. Celles-ci doivent, selon le Seco, être mises au bénéfice d’un congé avec maintien du salaire. La liste de contrôle de la Confédération aborde aussi les mesures de protection et d’hygiène à appliquer sur le lieu de travail, y compris dans les déplacements et même le parking des véhicules des ouvriers. Toutes les mesures doivent être respectées en tout temps.

Une hotline de la Suva

L’information des ouvriers préoccupe aussi la Suva qui a mis en place une hotline. Unia en a fait de même dans les enquêtes qu’il a menées depuis le début de la crise sanitaire. Les syndicats sont toujours en désaccord avec le patronat sur la question de la poursuite des chantiers. La santé reste prioritaire dans ce débat.

Syndicats toujours inquiets

Unia a également reporté sine die la tenue, le 6 juin prochain, de sa landsgemeinde de la construction. Une assemblée qui est l’occasion pour les travailleurs de la branche de formuler diverses revendications. Unia se dit particulièrement inquiet à propos du respect des délais sur les chantiers. Il redoute que la santé des travailleurs passe au second plan face aux exigences de certains maîtres d’ouvrage.