L'UNESCO ajoute des églises russes à la liste des sites du patrimoine culturel

La liste des monuments d’architecture monastique s’allonge

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: ©  A.G. Kalinenko , tate budgetary institution of culture “Research and Development Centre for Conservation and Use of Historical and Cultural Monuments of the Pskov Region
Des églises médiévales ajoutées au patrimoine mondial de l'UNESCO

En plus de la Russie, les sites nouvellement inscrits sont situés en Azerbaïdjan, au Portugal, en Espagne et au Royaume-Uni.

Les constructions de l'école d'architecture de Pskov, notamment les églises, les cathédrales, les monastères, les tours de fortification et les bâtiments administratifs, sont dotées de dômes, de porches et de clochers. Les éléments les plus anciens datent du 12ème siècle. Selon l'UNESCO, ces églises sont intégrées dans l'environnement naturel par le biais de jardins, de murs d'enceinte et de clôtures. Inspirée des traditions byzantine et de Novgorod, l’école d’architecture de Pskov a atteint son apogée aux 15e et 16e siècles. Elle fut l’une des plus importantes du pays et a influencé l'architecture russe sur cinq siècles.

Le baroque en réaction au protestantisme

Par ailleurs, deux sites, au Portugal figurent également sur la liste : l'édifice royal de Mafra et le sanctuaire de Bom Jesus do Monte.
L'édifice royal de Mafra comprend le palais, une basilique, un couvent, un jardin et un parc de chasse. Situé à 30 km au nord-ouest de Lisbonne, il fut conçu par le roi João V en 1711 comme une représentation tangible de sa conception de la monarchie et de l'État. Cet imposant monument quadrangulaire abrite les palais du roi et de la reine, la chapelle royale en forme de basilique baroque romaine, un monastère franciscain et une bibliothèque de 36 000 volumes.

Le complexe inclut le jardin Cerco, avec son tracé géométrique, et le parc de chasse royal (Tapada). Le roi João V a adopté des modèles architecturaux et artistiques baroques romains et italiens et a commandé des œuvres d'art qui font de Mafra un exemple exceptionnel du baroque italien.

Le sanctuaire de Bom Jesus do Monte se trouve sur les pentes du mont Espinho, surplombant la ville de Braga, au nord du Portugal. Le site évoque la Jérusalem chrétienne, recréant un mont sacré couronné d’une église. Le sanctuaire s'est développé sur une période de plus de 600 ans, principalement de style baroque, et illustre une tradition européenne de création de montagnes sacrées, promue par l'Église catholique au concile de Trente au XVIe siècle en réaction à la réforme protestante.

L'ensemble Bom Jesus est centré sur une Via Crucis, ou chemin de croix, qui conduit sur le versant ouest du mont. Il comprend une série de chapelles abritant des sculptures évoquant la Passion du Christ, des fontaines, des sculptures allégoriques et des jardins à la française. La Via Crucis se termine à l'église, construite entre 1784 et 1811. Les bâtiments en granit présentent des façades en plâtre blanchies à la chaux, encadrées par des pierres apparentes. Le célèbre escalier des cinq sens, avec ses murs, ses marches, ses fontaines, ses statues et d’autres éléments décoratifs, est l’œuvre baroque la plus emblématique de la propriété.

Ensemble culturel et historique des îles Solovetsky
D'une superficie totale d’environ 300 km2, les six îles de l'archipel Solovetsky se trouvent dans la partie occidentale de la mer Blanche. Elles furent peuplées dès le Ve millénaire av. J.-C. et conservent d'importants vestiges d'une occupation humaine remontant au IIIe millénaire. À partir du XVe siècle, l'archipel a connu une activité monastique intense et il conserve plusieurs églises construites entre le XVIe et le XIXe siècle.
Fondé dans les années 1430, le complexe Solovetsky est un exemple remarquable de l’endurance, du courage et du dynamisme des moines de l’Église orthodoxe russe dans un environnement inhospitalier au nord de l’Europe. L’ensemble est unique par son intégrité et par la sauvegarde de ses constructions religieuses, résidentielles et défensives, de ses bâtiments construits au bord de l’eau, de son réseau routier et de ses systèmes d’irrigation du Moyen-Âge, qui se mêlent harmonieusement aux paysages naturels et culturels environnants et aux sites archéologiques illustrant six mille ans de culture sur ces îles, de la préhistoire au Moyen-Âge. L’ensemble de Solovetsky représente toutes les périodes de l’histoire de l’archipel et du nord de la Russie en général.