L’Empa est la seule entité suisse à entrer dans un consortium de 20 partenaires

Le laboratoire fédéral de recherche participe à une initiative européenne

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: ©Empa
Chercheurs suisses engagés dans l'énergie solaire à grande échelle

Le projet "SUNRISE - Énergie solaire pour une économie circulaire" a récemment été sélectionné dans le programme-cadre de recherche de l'Union européenne "Horizon 2020".

Beaucoup d’espoirs sont placés dans ce programme de recherche intitulé Sunrise. Aujourd'hui, les carburants et les produits de l'industrie chimique sont encore principalement produits à partir de ressources fossiles. Cela devrait changer à l'avenir: l'énergie solaire et les gaz atmosphériques tels que le dioxyde de carbone, l'eau et l'azote doivent constituer une alternative durable, par exemple pour la synthèse de l'ammoniac, qui est au cœur de l'industrie des engrais. L’objectif est un cycle de carbone durable qui réduise initialement le contenu en CO2 de l’atmosphère et le stabilise à long terme à un niveau compatible avec le climat. Dans le même temps, les terres et les ressources naturelles doivent être utilisées de manière durable dans le cadre d’une économie circulaire.

 

Le Dr Arthur Braun, physicien, représente l’Empa

Vingt partenaires de treize pays européens, issus d'universités, de laboratoires de recherche et de l'industrie ont fondé le projet SUNRISE, candidat à la prochaine initiative de recherche européenne à grande échelle, comparable aux projets phares précédents. À compter du printemps 2019, SUNRISE sera financé pour un an à hauteur d'un million d'euros. Pendant ce temps, les partenaires développeront les bases d’une initiative de recherche à grande échelle. Cela comprend l’élaboration d’une feuille de route technologique, une structure de coordination et la mobilisation de groupes d’intérêts industriels, universitaires et sociaux. L'Empa est le seul partenaire suisse du consortium SUNRISE. Le physicien de l'Empa, Artur Braun, représente l'Empa. "Nous sommes en train de classer les soutiens déjà identifiés dans les différents secteurs problématiques et de continuer à renforcer la communauté de recherche pour SUNRISE. Le plan d'entreprise et le financement sont également en cours de traitement", explique Braun.

 

Des villes smarts et durables qui réduisent leur émissions de CO2

Le projet CSA est coordonné par Huub de Groot, professeur de chimie organique biophysique à l'Université de Leiden aux Pays-Bas. Il voit un potentiel énorme pour un projet de recherche européen à grande échelle dans ce domaine: "Dans un avenir prévisible, un portefeuille de technologies SUNRISE stimulera les industries climatiquement neutres dans des villes intelligentes et durables qui dépassent de loin les attentes actuelles. Nous allons permettre l'utilisation d'énergie propre dans une société sans déchets tout en réduisant les émissions de CO2 ". Et il n’est pas le seul à y croire puisque 150 institutions, parmi lesquelles des organisations académiques, des entreprises industrielles, des réseaux stratégiques, des agences de financement, des ministères nationaux et des ONG, soutiennent SUNRISE en Europe et sur d’autres continents.

 

Réflexion sur l’aménagement du territoire et le développement urbain

L’objectif du projet consiste en une initiative de recherche globale, interdisciplinaire et à grande échelle, qui prend en compte non seulement des questions technologiques et économiques, mais également des questions sociales, ainsi que des questions de développement urbain et d’aménagement du territoire, de gestion de l’eau et d’agriculture.

Le consortium a l'intention de publier un plan de mise en œuvre de l'initiative de recherche au printemps 2020. Ce plan comprend des objectifs, ressources et critères à court et à long terme nécessaires à un effort ouvert, intégrateur et interdisciplinaire, conformément aux principes de la recherche et de l'innovation responsables. Suite au prochain épisode, dans quelques mois.