Un pont ferroviaire pour la route

Un pont à remplacer pour éviter La Chaux-de-Fonds par l’est

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: google

L’Etat de Neuchâtel saute sur l’occasion du très important assainissement ferroviaire projeté entre le chef-lieu du canton et La Chaux-de-Fonds. Il a débloqué les crédits nécessaires à la première étape de l’évitement de la ville par l’est. Il s’agit de remplacer un pont.

Source: 
Elévation Sud

Le nouveau pont du Malakoff, tel que projeté à l'entrée sud de la ville.

L’occasion fait le larron. L’Etat de Neuchâtel entend bien profiter du prochain assainissement de la ligne ferroviaire entre le chef-lieu et La Chaux-de-Fonds pour préparer l’un des plus importants chantiers routiers du haut du canton.  Traversé quotidiennement par 22.000 véhicules, le centre de la Métropole horlogère est engorgé. Il faut ainsi que le trafic de transit ne s’y engouffre pas. La solution trouvée permet une économie de 25 millions.

Le Malakoff modernisé

La première étape de la construction de l’évitement routier de La Chaux-de-Fonds par l’est est donc lancée après des années d’étude. Il s’agira de remplacer le pont ferroviaire de Malakoff, situé au sud de la ville, par un nouvel ouvrage d’art. Ce dernier enjambera dès l’année prochaine la rue de l’Hôtel de Ville, axe utilisé dans le cadre du projet routier.

Tracé en partie en tunnel

La réalisation de l’évitement de la ville par l’est se réalisera par étapes. Après un premier tronçon à ciel ouvert entre le giratoire du Bas-du-Reymond et celui des Petites-Crossettes, le tracé emprunteras un tunnel bidirectionnel de 1,1km de longueur. Il rejoindra ainsi l’entrée est de la ville. Il sera donc plus facile de circuler entre la sortie nord des tunnels de La Vue-des-Alpes et la route allant en direction de La Cibourg et du canton du Jura.

Liaison des Convers abandonnée

Le projet routier sonne aussi définitivement le glas d’une autre liaison envisagée depuis longtemps entre l’échangeur autoroutier des Convers et le Vallon de Saint-Imier. Après des années de polémique, le canton de Berne a choisi de privilégier la route de la Cibourg au petit chemin de campagne qui dessert les fermes du fond du vallon des Convers. Ce dernier était en effet fréquenté par un important trafic pendulaire, au grand dam des riverains et de la commune de Renan.