Le nouveau Musée gruérien se dévoile

Le Musée gruérien va regrouper ses activités sous un même toit

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Musée gruérien
Patrimoine et culture unis

Le nouveau Musée gruérien de Bulle se présente sous la forme de «Pivoine», projet de nouveau bâtiment concentrant toutes ses activités muséales et culturelles. Un bureau d’architectes londonien a séduit le jury d’un concours d’architecture avec son projet « Pivoine »,  interprétant le passé.

Avec son langage pavillonnaire et sa volumétrie basse, le projet de nouvelle Maison du patrimoine et de la culture de Bulle entend faire entrer le Musée gruérien dans une nouvelle ère. Baptisé «Pivoine» et œuvre d’un bureau d’architecte londonien, il proposera un nouveau bâtiment intégré dans son environnement urbain. Le château attenant sera même mis en valeur.

Cohabitation à grande échelle

Le Musée gruérien et sa bibliothèque sont actuellement à l’étroit. Les locaux ne sont plus adaptés à tous leurs visiteurs. La Ville de Bulle a donc lancé en mars dernier un concours d’architecture, visant à présenter un projet de cohabitation de toutes les activités muséales dans une maison commune du patrimoine et de la culture. Le crédit d’étude devrait suivre en décembre prochain.

Baigné de lumière

«Pivoine» reconfigure la volumétrie du Musée dans un bâtiment unitaire. Sa nouvelle façade réinterprétera le musée d’origine. La lumière naturelle y pénétrera jusqu’au cœur du bâtiment par ses vastes baies vitrées, ses vues diagonales et sa toiture coiffée de grands landerneaux.

Façades en tôle

L’identité du bâtiment sera conférée par ses façades en tôle prépatinée,  de couleur brun foncé comme à l’origine, et composée également d’éléments en bois. Elles seront notamment isolées avec de la laine de roche.

Dans la continuité

La Ville de Bulle constate ainsi que le nouveau projet s’inscrit dans la continuité des agrandissements précédents. Le jury du concours a cependant remarqué une certaines «ambiguïté» dans la manière d’accepter, par les lauréats, la volumétrie d’un agrandissement réalisé en 2002 et de se l’approprier sans l’avoir traitée dans une vision plus pérenne. Quoi qu’il en soit, c’est bien «Pivoine» qui a été retenu, tant il présente de bonnes garanties de faisabilité dans le cadre de l’enveloppe budgétaire de 8,5 millions prévue à cet effet.