L’Open BIM Tour en replay

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le BIM sans jamais oser le demander

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Architecture 360
Tout, tout, tout sur le BIM...

Chaque année, Abvent propose aux professionnels du bâtiment de faire le point sur le BIM en Suisse. Ce printemps, coronavirus oblige, il a été organisé en ligne. Par écrans interposés, les architectes et autres ingénieurs ont posé toutes les questions qu’ils voulaient, sans aucune inhibition.

Pour sa sixième édition, l’Open BIM Tour a dû se réinventer. L’événement orchestré depuis 2015 par Abvent la société suisse spécialisée dans la formation et le coaching, donne l’occasion aux architectes, ingénieurs ou maîtres d’ouvrages de se familiariser avec le BIM. Jusqu’à présent, il se tenait sous forme de conférences publiques à Fribourg, Lausanne et Genève. Mais cette année, Covid-19 oblige, l’alternative pour les organisateurs était simple: annuler l’Open BIM Tour ou se renouveler en ligne.

Abvent, ses sponsors Trimble et Mémoire Vive, ainsi que ses partenaires média Batimag et la Documentation suisse du bâtiment, n’ont pas hésité longtemps. La nouvelle formule s’est déroulée du 11 au 15 mai dernier et s’est déclinée en cinq sessions quotidiennes d’une heure ou plus. En ces temps de semi-confinement, plus d’une centaine de participants se sont connectés chaque jour pour assister à des vidéos explicatives et surtout poser leurs questions aux experts.

Notions fondamentales

Les conférences ont abordé tous les aspects du BIM, le désormais incontournable Building Information Modeling. Les néophytes qui trop souvent imaginent qu’il s’agit d’un logiciel ou une technologie ont pu se familiariser avec ce qui est en fait tout un processus de travail tournant autour de la maquette numérique 3D qui contient une pléthore de données intelligentes et structurées, le data. Très didactique, Philippe Bondier, directeur technique chez Abvent, a détaillé les notions fondamentales, les méthodes de travail et les outils requis pour maîtriser le BIM.

Le nuage de points intégré au BIM

D’autres spectateurs, déjà familiers du BIM, ont assisté à des conférences décrivant des projets concrets. Ces retours d’expérience ont rencontré un franc succès. Romain Gery, géomaticien et directeur de Scanways, a su captiver son auditoire en expliquant, images à l’appui, comment il a capturé par scanner laser 3D une villa et comment ce nuage de points a été intégré au modèle BIM. La visite virtuelle et ludique de l’édifice a non seulement séduit visuellement les architectes ou techniciens CVSE, mais elle a surtout démontré la plus-value de ces techniques dans un écosystème OpenBIM.

Bim et préfabriqué, un mariage efficace

Une autre conférence a aussi suscité un fort intérêt, celle de Sylvain Vernez, cofondateur du bureau Architecture 360. Son projet de bâtiment public hospitalier à Fribourg a démontré tous les avantages et possibilités d’optimisation du BIM. En travaillant avec des éléments préfabriqués, les délais de construction ont été réduits à huit mois. Efficace et bluffant. D’autres séances ont été consacrées à la manière dont un bureau d’architectes vit sa transition vers le BIM, à la gestion des appels d’offres et à l’estimation des coûts.

Bien sûr, certains ont regretté le côté convivial des conférences in vivo. Ces rendez-vous sont en effet également l’occasion de faire des connaissances, échanger des cartes de visite, développer un réseau. Mais l’Open BIM Tour version coronavirus a aussi permis à un plus grand nombre d'intervenir. En effet, devant un parterre composé d’un nombreux public, on se gêne parfois de poser une question qui peut sembler naïve. Par écrans interposés, cette inhibition disparaît. Grâce au chat, il est possible de réagir spontanément par des remarques ou des interrogations. Les débats qui ont suivi les conférences s’en sont trouvés enrichis.

Que tous ceux qui ont raté ces sessions quotidiennes de l’Open BIM Tour se rassurent. S’ils désirent les revoir, ils ont la possibilité de le faire sur https://obt.abvent.ch/replay