La densification fait débat

Un quartier lausannois milite pour la Nature au détriment du béton

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Change.org

La densification du quartier lausannois de Riant-Pré remue les riverains d’un projet immobilier. Ceux-ci s’opposent à la construction de six nouveaux immeubles sur un espace naturellement préservé et classé.

Pour les riverains du domaine des Fiches, à Lausanne, près de l’échangeur routier de Vennes, couper des arbres pour bétonner n’est pas « cohérent » dans notre époque. Ils partent donc en croisade contre un projet immobilier de 71 appartements répartis dans six nouveaux immeubles, plus un parking souterrain de 100 places. Avec, à la clé, l’abattage de la moitié des arbres présents sur ce poumon vert en pleine zone construite.

Dur réveil

Un matin, les gabarits ont poussé et le sang des riverains n’a fait qu’un tour. Le domaine des Fiches est un espace naturel encore bien préservé et doté d’une belle ferme ancienne. Il bénéficie d’une protection fédérale de niveau A, en étant classé dans l’inventaire des sites construits d’importance nationale depuis 2014.

Les Verts s’en mêlent

Les opposants à ce projet immobilier insistent sur la préservation naturelle de l’endroit. Ils estiment avoir été trompés sur les intentions du promoteur de ce projet. Ils ont obtenu un appui chez les Verts de la Ville de Lausanne, qui estiment que la densification urbaine doit plutôt passer par une surélévation des bâtiments existants. Ce parti prépare aussi une opposition au projet, demandant que la Ville stoppe la procédure de mise à l’enquête et cherche une autre solution. Comme par exemple, la création d’une zone réservée.

Plaidoyer pour la reconstruction

Le coprésident des Verts lausannois Benjamin Rudaz reconnaît dans « 24heures » que l’augmentation de la population oblige à construire davantage. Il plaide plutôt pour l’arrêt du bétonnage et à la reconstruction d’immeubles trop vétustes. Les riverains de Riant-Pré ont appuyé leur combat par une pétition munie de plus de 600 signatures. La mise à l’enquête court encore pendant quelques jours.