Trois immeubles durables

Lausanne mise sur la durabilité pour son nouveau quartier des Falaises

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: falaises-lausanne.ch

Avec ses toitures végétalisées et façades en bois et béton, les trois immeubles du nouveau quartier des Falaises, à Lausanne, allient développement durable et économies d’énergie. Ses 194 logements sont désormais libérés pour une population de revenus modestes.

A proximité immédiate du CHUV, les trois immeubles du quartier des Falaises respirent le développement durable. Le dernier d’entre eux vient d’être affecté au logement, après sept ans de gestation et de chantier. Les architectes ont pu concilier les exigences posées par le label Minergie P-ECO avec les économies d’énergie, pour garantir des frais d’entretien modestes. Le magazine «Habitat durable» s’en fait l’écho dans son dernier numéro.

Le bois et le soleil

Pour chaque immeuble, les architectes ont conçu des façades ouest en utilisant largement le bois comme matériau. Ils ont fait insérer une couche d’isolation thermique de 30cm d’épaisseur entre les panneaux de béton structural et en préfabriqué. Ils ont coffré les façades avec des facettes permettant aux rayons du soleil de faire vibrer l’enveloppe des bâtiments.

Toits végétalisés

Le système de ventilation utilisé permet en outre d’importantes économies d’énergie. Le réseau de chauffage urbain de la Ville de Lausanne alimente les radiateurs. Les toits végétalisés sont équipés de panneaux solaires et offrent des tarifs d’électricité réduits aux locataires des appartements.

Deux propriétaires

Les principes du développement durable se retrouvent donc dans le choix des matériaux de construction. Surtout en ce qui concerne les économies d’énergie. Les trois immeubles des Falaises offrent en majorité des conditions de logement propices à une population à revenus modestes, étudiants, etc. Sur une surface de 13.200 m2, dont 7325 dévolus aux bâtiments, deux sociétés se partagent la propriété des 194 logements construits. Près de la moitié sont subventionnés, d’autres ont des loyers modérés et contrôlés, et une toute petite partie est en marché libre.