Du bois pour les migrants

Le centre Rigot de Genève héberge les migrants dans deux immeubles de bois

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Hospice Général

L’accueil des migrants franchit depuis aujourd’hui une nouvelle étape à Genève avec l’inauguration du nouveau centre Rigot, à l’avenue de France. Les deux bâtiments d’hébergement ont été intégralement construits en bois.

Source: 
Hospice Général - Tardy

A proximité du Parc Rigot de Genève,  deux bâtiments composés de 230 modules en bois logeront désormais jusqu'à 370 migrants dans des appartements allant du studio au quatre pièces.

Deux immeubles construits entièrement avec du bois de la région, composés de divers appartements pouvant accueillir 370 personnes, proposent ainsi un melting-pot culturel en plein Genève. Pour l’Hospice général, propriétaire, l’ouverture du centre Rigot est l’aboutissement d’un chantier mené en dix-huit mois, dès janvier 2018. Afghans, Erythréens, Irakiens et autres nationalités y trouvent un nouveau chez-soi assorti de nombreuses possibilités d’échanges tout en bénéficiant d’un solide encadrement social.

Cinq niveaux pour 230 modules

Les deux bâtiments construits sur cinq niveaux comprennent 230 modules préfabriqués de 30m2 chacun, pour des logements allant du studio aux quatre pièces. Ils sont tous équipés de cuisine et de sanitaires privés. Les concepteurs de ces logements ont donc prévu des éléments largement commutables, entre cuisine et espace nuit. Un jeu de portes coupe-feu et de panneaux mobiles permet ainsi d’adapter chaque type d’hébergement à ses occupants.

Population très mobile

Ces logements sont conçus pour évoluer en fonction des futurs besoins d’hébergement de la population migrante. Celle-ci évolue en effet très rapidement, en fonction d’un taux de rotation très important et de profils des ménages très divers. Les concepteurs n’’ont pas pour autant oublié de favoriser l’intégration des résidents dans leur nouveau quartier. Diverses institutions et entreprises interviennent dès lors au centre Rigot pour que celui-ci soit un lieu de vie ouvert.

Mélèze et épicéa

L’architecture de ce nouveau centre fait appel au bois de la région. Notamment en ce qui concerne les fondations des deux immeubles, faites de 128 pieux en mélèze longs de plus de cinq mètres. Les semelles sont en épicéa provenant des forêts jurassiennes. Chaque module est fait de lamellé-collé. Avec une structure sans noyau de béton, la statique des bâtiments est assurée par la superposition des parois de chaque module. Tous les acteurs locaux de la filière bois ont participé ce chantier. Ils ont utilisé au total un volume de 3200 m3 de bois indigène.