L’immobilier soigne son marketing

Réaliser un plan de quartier demande du dialogue et de la concertation

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: tribu-architecture.ch

Les récents échecs de plans de quartier dans les cantons de Genève et de Vaud invitent les promoteurs immobiliers et les architectes à mieux pratiquer le dialogue et la communication. Une société basée à Genève s’est lancée dans ce créneau.

Source: 
farralakis

L'aménagement du sud du village de Tolochenaz (VD) n'avait pas trouvé grâce dans les urnes en février dernier.

Concevoir un plan de quartier est souvent source d’embûches administratives et de contestations de toutes natures. L’évolution du paysage urbain implique en effet de plus en plus d’acteurs aux intérêts parfois divergents. Les promoteurs immobiliers et les architectes sont parfois mis en échec par la population locale, et cela doit renforcer leur volonté de dialogue.

Echecs devant le peuple

A témoin, au début de cette année, plusieurs projets immobiliers importants n’ont pas trouvé grâce dans les urnes. C’est notamment le cas du sud du village de Tolochenaz (VD) ou du quartier de Cointrin, à Genève. Au terme d’un marathon administratif, les deux projets ont comme d’autres pris le chemin des tiroirs-souvenirs. Engendrant dans la foulée une certaine dose d’incompréhension, voire de frustration,  de la part de ceux qui les avaient portés.

Nouvelles stratégies

Pour prévenir les risques d’échec et les malentendus, la communication et le dialogue sont des vertus cardinales. La nouvelle société Voximo, de Genève, s’est ainsi réorganisée pour proposer de nouvelles stratégies de marketing et de promotion immobilière, pour les privés et les collectivités publiques. Elle se fonde sur une large expérience et entend ainsi contribuer à une meilleure concertation des promoteurs et des architectes auprès de l’opinion publique.

Le poids économique de l'immobilier

Voximo, forte de sept collaborateurs, rappelle dans un communiqué que le marché immobilier représente les 11% de l’économie suisse, et même 18% avec les recettes locatives des ménages privés. Il propose plus de 500.000 emplois dans divers secteurs, allant du courtage à l’ingénierie.