Les recettes d’architecture de Van Berkel

Un cahier des charges pour rompre avec la tradition

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: ©UNStudio
Une architecture cadrée mais plus libre

Le bureau d’architecture UNStudio, présent sur trois continents, utilise des outils de conception pour garder son identité.

Parce qu’il emploie 250 personnes dont 80% d’architectes de 27 nationalités, qui travaillent pour des maîtres d’ouvrage dans plus de 30 pays, UNstudio a élaboré un cahier des charges, genre de livre de recettes dont les collaborateurs doivent s’inspirer. Le risque de chaos et de perte d’identité est à l’origine de cette démarche pour proposer un cadre de création aux concepteurs de bâtiments, en leur offrant un « outil de conception », comme le nomme Ben Van Berkel, qui a co-fondé le bureau en 1988, avec Caroline Bos.

 

Les  11 « recettes » de Ben Van Berkel

UNStudio (anciennement Van Berkel en Bos Architectenbureau) est un cabinet d’architecture néerlandais, spécialisé dans l'architecture, le développement urbain et les projets d'infrastructure. Les bureaux sont à Amsterdam, Francfort, Shanghai, Hong Kong et, bientôt, à New York.

Selon Ben van Berkel, le bureau a , assez tôt, décidé de travailler avec des "outils de conception" afin de s’assurer que ses architectes n’imaginent pas de projets sans aucun rapport avec la conception des bâtiments qui fait la marque de fabrique de UNStudio.

C’est précisément parce que le bureau a une vision de conception progressive, qu’il avait besoin d’une sorte de guide pour éviter le chaos. Ainsi, UNStudio a créé onze outils de conception (ou ‘recettes’, comme van Berkel préfère les appeler) que les employés peuvent utiliser dans leur processus de création.

Les outils sont décrits dans Knowledge Matters, un manuel de 400 pages expliquant comment et pourquoi les architectes peuvent les utiliser. «Ces outils sont le point de départ de toutes nos conceptions», poursuit Van Berkel. «Les choix que nous sélectionnons varient d’un projet à l’autre, mais nous en utilisons habituellement deux ou trois par projet.»

 

The Twist

Les onze outils de conception portent des noms plus poétiques que techniques, tels que "Échelles à ponts", "La lumière monolithique" ou encore "The Twist", pour la torsion. Ce dernier est un élément à la fois sculptural et structurel, qui exprime le mouvement. Evoquant ou formant une spirale, il a été utilisé dans un certain nombre de projets UNStudio, tels que la gare centrale d'Arnhem aux Pays-Bas, le Music Theatre de Graz en Autriche et le musée Mercedes-Benz de Stuttgart en Allemagne.

Comme tous les outils de conception, ‘The Twist’ est conçu pour aider les bâtiments à vieillir au mieux. Pour ce faire, il intègre un espace ouvert sans colonnes dans la pièce où il est placé. Cela permet aux futurs architectes d'utiliser cet espace ouvert pour proposer un nouvel élément, au lieu de devoir démolir tout le bâtiment lorsqu'il deviendra obsolète.

United Network

Les initiales «UN» désignent United Network, une référence à la nature collaborative de la société. UNStudio emploie des personnes de 27 pays différents, issus de divers horizons techniques et créatifs. La culture d'entreprise est inclusive, ce qui signifie que les stagiaires participent au processus de création au même titre que les employés plus expérimentés.

Grâce à Knowledge Matters, Van Berkel peut donner à son équipe des outils de travail plutôt que de contrôler chaque étape du processus de création. «Il y a vingt ans, le principal architecte faisait un croquis et racontait à ses employés ce qui se passerait. Maintenant, l'architecte donne une réflexion thématique sur la façon dont un design peut se développer. Je ne dois pas être le seul à participer à la conception. "

Rompre avec la tradition

La prévention de l’aléatoire n’était pas la seule raison pour laquelle UNStudio avait décidé de travailler avec les outils de conception. Les bâtiments ont une forme moins rigide qu’auparavant, explique Van Berkel. «Dans le passé, les bâtiments tels que les gares, les bureaux et les immeubles de grande hauteur avaient des formes et des identités très claires, ce que les architectes appellent la typologie des bâtiments."

Mais les choses changent. «Maintenant que nous ne sommes plus contraints par ces cubes traditionnels, nous pouvons imaginer des formes libres radicalement différentes. Suivre les outils de conception facilite le dépassement des vieilles traditions », assure Van Berkel.