Après la «soucoupe volante», un Centre des sciences

Le Rosey, école internationale, voit grand avec l’architecte Bernard Tschumi

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © ©Bernard Tschumi Architectes
Installée sur 28 hectares à Rolle, l'école internationale voit grand

L’école privée internationale envisage la construction de nouvelles infrastructures, dont un Centre des sciences et de l’entrepreneuriat accueillant des start-up.

Après le Carnal Hall, salle de spectacles en forme de soucoupe volante imaginée par l’architecte Bernard Tschumi  et inaugurée en 2014, de nouveaux grands projets devraient se réaliser à Rolle. L’école privée internationale Le Rosey envisage, en effet, de construire un autre bâtiment remarquable sur son vaste domaine de 28 hectares.

Un nouveau bâtiment de Tschumi

Le vaisseau amiral de ce projet de développement est le Centre des sciences et de l’entrepreneuriat, qui se situera côté Jura du Carnal Hall. Le complexe, à nouveau dessiné par Tschumi, sera composé de deux bâtiments, construits en deux étapes. Le premier accueillera des start-up en résidence durant quelques mois, avec des locaux de recherche et d’expérimentation, et le second comprendra des espaces d’enseignement modulables, ainsi que des salles de rencontres et de conférences.

Mise à l’enquête jusqu’au 2 mai

Deux plans de quartier sont soumis à l’enquête publique jusqu’au 2 mai: «Le Rosey», qui concerne le périmètre des garçons, et «La Combe», celui des filles. À l’horizon 2030, l’école privée internationale devrait accueillir 500 élèves (100 de plus qu’aujourd’hui) et 300 employés.

Christophe Gudin, directeur du Rosey, se montre très enthousiaste: «Ce projet donnera à la fois l’opportunité à des start-up de venir développer des produits high-tech chez nous et, pour les élèves, de découvrir la vie d’une start-up. Comme on l’a fait avec les spectacles au Carnal Hall, le centre, doté d’un musée des sciences, sera ouvert à la région pour ses expositions et lors de conférences.»

Trois bâtiments pour les logements, le sport, la santé et la méditation

Deuxième grand axe du projet: la construction d’un gymnase pour les activités sportives. Côté Genève du campus, près des piscines, il est prévu de réaliser une salle omnisports, quatre courts de tennis couverts et un mur de grimpe. Ces équipements viendront compléter les nombreuses installations sportives déjà en place en extérieur. Le long de l’avenue du Jura, l’institut envisage de bâtir trois petits immeubles pour des logements. Un centre de santé est aussi compris dans le projet, ainsi qu’un espace de méditation et de prière, libre de toute attache confessionnelle. À La Combe, un bâtiment sera érigé pour accueillir des classes, des chambres et des salles de sport.

Le préprojet a été dessiné par le célèbre architecte Bernard Tschumi, concepteur. Christophe Gudin espère que le chantier pourra commencer dans 18 mois, si tout va bien. Suivra ensuite la construction du gymnase.