Nouveau clocher à Genève

L’église Saint-François de Genève a retrouvé son clocher et ses fidèles

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Maurane di Matteo , tdg

En retrouvant son clocher, l’église catholique Saint-François de Genève a terminé son lifting extérieur. La tour, endommagée par un méchant coup de vent l’an dernier, est désormais à nouveau complète et la nef accessible aux fidèles.

Source: 
tdg

La pose du nouveau clocher de Saint-François marque aussi à sa façon l'assouplissement des restrictions de la pandémie du Covid-19.

Etape symbolique s’il en est, la pose du clocher rénové de l’église catholique Saint-François de Genève marque la fin de la crise sanitaire. L’édifice peut ainsi rouvrir ses portes aux fidèles, privés d’y célébrer des messes à cause des restrictions imposées par la pandémie. Mais ces travaux marquent aussi la fin de la première phase d’une rénovation en profondeur.

Le vent puis le Covid-19

Le 24 avril 2019, un méchant coup de vent avait endommagé le clocher et son échafaudage. Trois des sept colonnes supportant le faîte avaient ainsi été irrémédiablement déformées. Les négociations avec les assurances, qui ont fini par admettre l’état de catastrophe naturelle, ont duré quelques mois, et la pose du nouveau clocher était prévue initialement à la fin du mois de mars. Le Covid-19 a différé cette opération. La structure, pesant plus de 27 tonnes, a ainsi pu être montée au sommet de la tour pour être délicatement disposée. Une météo calme était nécessaire pour ce travail de haute précision.

Toiture refaite

La paroisse catholique de Saint-François s’est dotée d’une fondation en 2014 pour entreprendre dans un premier temps la rénovation extérieure de son église. La toiture et la ferblanterie ont ainsi pu être refaites. Les façades ont été recrépies et les vitraux rénovés.

Seconde phase à l’intérieur

La  communauté envisage actuellement de chercher le financement nécessaire à une réfection intérieure, prévue dès 2023. L’église a été construite en 1904, pour subir un ravalement intérieur en 1960 et un nettoyage de ses façades dans les années quatre-vingts. La première phase des travaux a reçu le soutien de Confédération, du canton et de la Ville de Genève.