Genève taxera l’épargne des sociétés propriétaires d’immeubles en 2020

Réinvestir ou être taxé, il faut choisir

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: by Christophe Schindler from Pixabay
C'est le moment d'investir et de rénover

Dès l’année prochaine, l’argent épargné par les propriétaires d’immeubles, à Genève, sera taxé par l’AFC, administration fiscale cantonale, comme des bénéfices.

Mettre de l’argent de côté a longtemps été intéressant fiscalement car le montant de l’épargne était déductible. Mais l’AFC (Administration fiscale cantonale) va considérer ces réserves comme des bénéfices dès l’année prochaine.Les propriétaires ont donc tout intérêt à dépenser cette année leurs provisions accumulées pour réaliser des travaux, indique Sandrine Meyer-Chanson, directrice de la société Comptabilis. Si une société détenant un immeuble a par exemple mis de côté ces cinq dernières années 20 000 francs par an, elle se retrouve avec un montant de réserves de 100 000 francs. Dans un cas de propriétaire d’un immeuble plus important et avec une mise en réserve de 100 000 francs par an pour refaire par exemple le toit ou rénover l’ascenseur, le matelas constitué s’élève à 500 000 francs. Ces sommes ont pu être déduites chaque année.

Le moment de faire des travaux

«Mais si elle n’engage pas de travaux d’ici à la fin de l’année, le montant mis en réserve sera considéré comme un bénéfice imposable», détaille Sandrine Meyer-Chanson. Et la directrice de Comptabilis d’ajouter que «l’AFC peut se montrer conciliante mais il faut au moins lui présenter d’ici à la fin de l’année des devis précis et avoir véritablement engagé ces travaux.» Quitte à anticiper une dépense qui devrait, de toute manière, devoir être effectuée à moyen terme. Cette échéance peut dès lors déclencher une réflexion plus large de la part du propriétaire, par exemple en termes d’audit énergétique.

Construction au beau fixe

Si la chaudière à mazout, bientôt interdite en Suisse,  s’encrasse de plus en plus, il peut être judicieux d’envisager de nouveaux scénarios avec l’installation de panneaux solaires sur le toit ou d’autres investissements destinés à réduire la facture énergétique du bâtiment. Cette échéance est naturellement une bonne nouvelle pour les corps de métier concernés par des rénovations importantes. Ces opérations peuvent toutefois s’avérer plus compliquées quand les immeubles concernés sont occupés par des habitants ou des entreprises, mais une planification irréprochable viendra à bout des problèmes d’organisation.

Demander des devis maintenant

Les propriétaires devraient aussi songer à s’y prendre assez tôt afin d’obtenir les devis et de faire ensuite jouer la concurrence. Car la construction se porte comme un charme: les bâtiments en cours de construction dans le canton de Genève pèsent à hauteur de 5,4 milliards de francs et le nombre de logements réalisés s’est élevé à 2845 au 3e trimestre 2018, environ mille de plus que lors des 1er et 2e trimestres de 2016. Dans ces cas de figure, des entreprises se déclarent souvent surchargées…et le délai de fin décembre sera vite arrivé.