Géothermie profonde pour le chauffage

La géothermie profonde pour chauffer Métamorphose à Lausanne

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard
La géothermie profonde pour un futur éco quartier

La géothermie profonde s’invite dans le futur quartier lausannois des Plaines-du-Loup pour assurer le chauffage des bâtiments qui y seront construits. 35 puits sont forés sur place à plus de 800 m de profondeur.

Les Services industriels de la Ville de Lausanne font un sacré pari sur l’avenir pour le projet d’éco quartier des Plaines du Loup. Recourir à la géothermie profonde pour assurer le chauffage des bâtiments qui seront construits sur un terrain de 143.000 m² répond pourtant pleinement aux objectifs de développement durable fixés par la Municipalité. Pourtant, les forages en cours sur place ne livrent pas encore toutes les réponses voulues par l’aménagement d’un complexe de logements et de bureaux de 12000 habitants sur les hauts de la capitale vaudoise.

Sondes coaxiales

En dépit de cette glorieuse incertitude, le pari en vaut la peine. D’ici fin novembre, il sera tenu. Les 35 forages profonds en cours de construction aux Plaines-du-Loup se déroulent sans problème majeur. Tout au plus l’un d’entre eux a subi une brève interruption de deux jours pour résoudre les inconvénients de l’émanation d’acide sulfurique provenant des premiers couches sous la surface. Partout ailleurs, les sondes coaxiales posées à 800 m de profondeur permettront au futur éco quartier de compter sur une eau chaude, d’une température de plus de 30 degrés à la hauteur du sol.

Pose en plusieurs phases

Le forage et la pose des sondes se déroulent en plusieurs phases. Tout d’abord, une chambre en acier est installée à la surface. Un avant-trou dans ses premières couches de terrain meuble sert ensuite de guide pour assurer un puits aussi vertical que possible.

Forage « à la boue »

Ensuite, le forage s’effectue « à la boue », selon la méthode du rotary.  L’outil est surmonté de tiges en acier pour maintenir le cap de percement du sol. Les deux engins utilisés aux Plaines-du-Loup permettent d’atteindre une profondeur de 1200 m, soit bien au-delà des conditions trouvées sur place.

Boues pompées et traitées

Les boues sont ensuite pompées pour être traitées sur place. Le puits reçoit ensuite une injection de ciment liquide – un mélange de silice et de bentonite - pour la pose de la sonde. Cela garantit un scellage homogène. L’injection permet aussi un nettoyage des tubes en acier du puits.

Un terrain homogène

Le terrain des Plaines-du-Loup est composé d’un grès marneux homogène, ce qui facilite les travaux de forage. Toutefois, des sondages ont été réalisés tous les deux mètres et les sédiments prélevés ont été analysés par un hydrogéologue. De toute manière, l’eau est en quantité assez faible dans le sol à cet endroit.

Approvisionnement énergétique couplé

Les Services industriels lausannois entendent aussi coupler l’apport énergétique provenant du sol des Plaines-du-Loup avec du photovoltaïque installé sur les toits des futurs bâtiments. Il est aussi question de récupérer la chaleur de l’eau sanitaire. Dee quoi assurer un approvisionnement énergétique de 90 à 95% pour le futur éco quartier.