Le béton imprimé en 3D par un robot

Le coffrage d’éléments de béton supplanté par la robotisation

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: BIMBTP.com
Le béton sans coffrage

Tant l’EPFZ qu’une start-up fribourgeoise entendre supprimer le coffrage pour les constructions en béton à l’avenir. La recherche et l’industrie se rejoignent ainsi dans l’impression 3D d’éléments allant de la simple chambre jusqu’aux éoliennes géantes.

Les étudiants de l'EPFZ ont développé cette nouvelle méthode de construction dans les Grisons.

Le coffrage du béton pourrait disparaître à l’avenir. En tout cas pour des raisons d’efficacité et de rapidité. De plus en plus, la construction agit pour réduire la durée des travaux et la recherche scientifique l’accompagne. L’industrie commence aussi à en profiter.

Neuf colonnes

Ainsi les étudiants de l’EPFZ ont-ils imprimé par robotisation neuf colonnes de béton de 2,7 m de haut dans les Grisons. Ces éléments creux sont renforcés de cages d’armature en acier. Ils ont été conçus un par un et imprimés en moins de trois heures selon une méthode développés par l’EPFZ. Avec pour résultat  l’utilisation plus durable des matériaux dans la construction en béton.

Robot vendu à Delémont

L’expérience de l’EPFZ trouve un écho en Suisse romande. Depuis deux ans, la start-up fribourgeoise Mobbot développe un robot capable de réaliser des éléments en béton sans coffrage. Lauréate du prix Musy en 2018 et en course pour le Prix fribourgeois à l’innovation 2020, Mobbot a réussi son entrée sur le marché en vendant l’un de ses robots à une entreprise de Delémont. Sa patronne, Agnès Petit, a ainsi pu faire valoir son savoir-faire, acquis chez Holcim et Creabeton, pour proposer d’autres techniques de construction.

Trop de gaspillage de matière

« Les coffrages en bois traditionnels sont trop rigides déclarait il y a deux ans la patronne de Mobbot.  Ils ne permettent pas de créer des formes particulières, rapidement et à moindres coûts. La fabrication de coffrage imprimés demande beaucoup de matière et génère autant de déchets ».

D’où l’idée de ce robot. L’engin est petit, mobile et facilement transportable. Il est programmé non seulement pour couler, mais aussi extruder du béton selon la configuration du terrain et des obstacles présents sur un chantier. Son utilisation élimine aussi toutes les étapes de fabrication des plans de construction.

Plusieurs clients livrés

Cette nouvelle façon de procéder, basée sur la pulvérisation,  a déjà permis à Mobbot de livrer plusieurs éléments de  béton à divers clients, comme les Transports publics fribourgeois et des entreprises de construction. Mobbot se développe en Suisse, sans pour autant renoncer à lorgner vers l’étranger. Son robot est particulièrement utile à la fabrication d’éléments de génie civil.

Eoliennes en lice

L’impression 3D de béton séduit jusqu’au plus grands. Lafarge-Holcim vient de s’y lancer pour la production d’éoliennes de 200 m de haut. Cela en débit du fait que les aérogénérateurs sont très décriés en Suisse.