Le logiciel de photogrammétrie le plus utilisé au monde est lausannois

Modèles 3D et suivis de chantiers de dernière génération

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: ©Pix4D
3D et suivis de chantiers de dernière génération

C’est une vraie « success story » pour la startup Pix4D qui s’est constituée une équipe d’environ 130 collaborateurs, dont une centaine à Lausanne. Ce logiciel de photogrammétrie est aujourd’hui le plus utilisé et le plus vendu au monde. Sa technologie consiste à prendre des mesures précises à partir d’images en haute définition, puis à traiter automatiquement les données via le logiciel pour les intégrer au processus BIM. Le tout, en un temps record.

Autre époque

Les bâtisseurs d’autrefois utilisaient la mesure du corps : une paume, une coudée, un pied. Mais les valeurs changeaient d’un maître d’ouvrage à l’autre, d’une région à une autre et d’une période à une autre, obligeant chaque ouvrier à reporter, sur sa propre pige, (bâton ancêtre de la règle) les valeurs de son maître d’ouvrage. Depuis les pyramides d’Egypte jusqu’aux cathédrales, on peut dire que le procédé a plutôt bien fonctionné. Au cours des siècles, la construction a gagné en précision, autant pour relever les cotes des grands espaces, que pour mesurer les ouvrages existants, et aujourd’hui, les échanges et collaborations internationales requièrent d’autres outils. Avec le BIM (building information modeling), les professionnels du bâtiment sont entrés dans une nouvelle ère. 

Intégrer les mesures au processus BIM

L’application Pix4D permet de capturer des images en haute définition par le pilotage d’un drone, sans avoir besoin d’accéder au cœur du chantier. L’utilisateur crée des plans de vol, avec des missions personnalisées et enregistre des images aux données optimales. Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances poussées en photogrammétrie puisque les images peuvent être traitées en local ou automatiquement sur l’interface cloud de l’application. Pour les travaux de terrassement, les études de site et les suivis de chantier, les relevés effectués à l’aide de cette application sont d’une grande précision, et le procédé, très rapide. Le fait de pouvoir regrouper tous les relevés de site dans un seul et même programme, de pouvoir les faire défiler rapidement, à travers une chronologie, et de les partager avec tous les protagonistes du projet, améliore aussi grandement la communication.

La documentation est simplifiée et tous les résultats sont alors prêts à être intégrés au processus BIM. « Pour traiter les données sur le cloud Pix4Dbim, j’ai besoin de 5 à 7 minutes. Pour obtenir les résultats finaux, il me faut en général moins d’une heure et demie », témoigne Trygve Almquist, géomètre du Groupe Isachsen.

Formation et support multilingue

Installée dans l’Innovation Park de l’EPFL, la startup connait une croissance exponentielle. Pourtant, les chercheurs ont le succès modeste et Sabrina Cardot, marketing manager de Pix4D, a une explication simple : « Nous étions les premiers sur le marché et de ce fait, avons une bonne longueur d’avance au niveau technologique. En plus, le logiciel touche une grande variété d’utilisateurs, avec une large diversité d’applications. » 

Alors, pour suivre le mouvement, celles et ceux qui souhaitent apprendre à exploiter le logiciel  Pix4D s’inscrivent à des séminaires de formation, appelés workshop, sur 2 jours. « Si on nous demande un stage plus approfondi, un formateur se déplace pour des cours sur mesure. On nous demande de la formation pour connaître toutes les applications possibles et aussi les subtilités qui permettent de pousser la précision des résultats et les paramétrages personnalisés du logiciel. Pour du terrassement, ce sera plus du calcul de volume, tandis que pour du suivi de chantier, on recherche plutôt la visualisation en 2D et le calcul de distance ou l’importation de la CAO pour comparer ce qui a été planifié et ce qui se construit. Parfois l’utilisateur veut connaitre l’outil d’inspection 3D intégré qui permet, par exemple, de vérifier l’emplacement des réseaux électriques et des canalisations, ou l’inspection des façades », témoigne Sabrina Cardot.

Le plus souvent, le support en ligne suffit car l’appli jouit d’une communauté nombreuse et très active. » Et, cerise sur le gâteau, ce logiciel est disponible à un prix très abordable.