Le solaire pour la patinoire

La patinoire de Fribourg mise sur l'énergie solaire pour faire sa glace

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard
Le soleil pour faire la glace

La gestion énergétique de la nouvelle patinoire de Saint-Léonard, à Fribourg, fera recours au solaire. 3700 m² de cellules photovoltaïques viennent d’être posés sur le toit de cette nouvelle enceinte de 8500 places.

Faire du froid pour du chaud. Paradoxe de la production d’électricité à partir de cellules photovoltaïques. Le nouveau complexe sportif de Saint-Léonard, à Fribourg, a osé l’oxymore. Le Groupe E, comme fournisseur d’énergie, la société L’Antre SA, qui construit la nouvelle patinoire de Fribourg Gottéron, et la Ville de Fribourg se sont associés pour un concept énergétique d’avenir.

Besoins très différents

C’est ainsi que le toit de la nouvelle patinoire a été équipé de 3770 m² de cellules produisant de l’énergie solaire. Avec pour objectif de produire 700 mégawattheures par an. Et la gageure de gérer l’approvisionnement électrique de plusieurs utilisateurs aux besoins et attentes très différents.

Le froid pour du chaud

L’utilisation phare de cette source d’énergie ira cependant à la patinoire, pour les trois quarts de la production. L’électricité produite servira à  la mise en glace de la future enceinte de 8500 places. Mais, ce faisant, elle produira de la chaleur, propre à chauffer les locaux, sanitaires compris. Cette chaleur pourra être stockée pour que les voisins du complexe sportif puissent en bénéficier à l’avenir.

Consommation réduite

En misant sur le solaire, la Ville de Fribourg franchit une nouvelle étape de son programme énergétique, qui vise à réduire à 46% la proportion des énergies fossiles utilisées sur son sol. Les différents tests faits sur la patinoire montrent qu’il s’agit d’une vraie révolution. Les coûts et la consommation devraient être divisés par deux une fois l’installation en service.

Chantier privé

L’agrandissement de la patinoire de Fribourg poursuit son chemin malgré la crise sanitaire. L’Antre SA espère bien pouvoir inaugurer les nouvelles installations après l’été, «avec 9000 personnes», précise son président Albert Michel. Aujourd’hui, l’enceinte a déjà belle allure. La salle omnisports attenante, la salle des fêtes et la seconde patinoire font partie de ce chantier titanesque, conduit par des privés.