L'«Insacre» à Fully s'est montré au au public

L'«Insacre» à Fully s'est montré au au public

Gefäss: 
La construction du premier immeuble suisse Minergie-P-Eco, en bois et parasismique s'est terminée il y a quelques semaines. Les promoteurs de cette réalisation ont ouvert les portes au public. Visite.
 
eko
Une construction dont le souci d’abaisser la consommation d’énergie est fondamentale. Cette idée a inspiré la démarche de Léonard Bender, architecte à Martigny et Gilbert Morisod, maître charpentier à Troistorrents.
L’originalité du projet réside également dans la nature des partenaires: non pas une collectivité ou une régie immobilière, mais un architecte et un charpentier, tous deux convaincus de la nécessité d’un engagement privé dans la construction de logements collectifs respectueux de l’environnement.
«C’est une sorte de prototype, un modèle unique, précise Léonard Bender, l’architecte spécialisé en développement durable. Certes, une construction de ce type coûte aujourd’hui plus cher, mais notre objectif n’était pas de faire des économies sur le coût de construction, il était de nous familiariser avec de nouvelles technologies. Un surcoût d’ailleurs amorti par la faible consommation d’énergie, qui équivaudra à la moitié de celle d’un immeuble standard, mais aussi par l’augmentation de la valeur immobilière des logements. Sans parler du fait que l’immeuble vieillira mieux, ce qui diminuera les frais liés au fond de rénovation.»
«Aujourd’hui un immeuble Minergie-P construit de façon traditionnelle consomme autant d’énergie durant sa construction qu’il en consomme pour le chauffage durant toute sa vie...» explique Léonard Bender. «J’avais donc envie de construire des logements collectifs en n’agissant plus seulement sur la partie visible de l’iceberg, la consommation d’énergie, mais aussi sur sa face cachée, l’énergie de construction.» C’est ainsi que chaque élément a été pensé en fonction de l’énergie grise consommée. D’où le choix du bois, unique en son genre pour la construction d’un immeuble locatif.