L'incroyable puissance des chutes de pierres testée au col de la Flüela

L'Institut pour l’étude de la neige et des avalanches teste les filets de protection

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © SLF / M. Heggli
Filets sous haute surveillance

Ces deux dernières années, l'Institut pour l’étude de la neige et des avalanches a mené plusieurs campagnes de tests au col de la Flüela (GR) afin d’étudier les effets d’impacts réels de blocs sur les barrières de protection contre les chutes de pierres. Impressionnant!

Le test du 8 octobre en vidéo.

Les premiers essais de barrières de protection contre les chutes de pierres ont été réalisés dès la fin des années 80. A l'époque, on faisait souvent confiance à la «variante naturelle» en laissant les pierres dévaler une pente jusqu’à ce qu’elles heurtent les filets de protection. En fonction du terrain, les blocs rebondissaient, changeaient de trajectoire à maintes reprises, et finissaient par frapper le filet de manière incontrôlée. Ces premiers tests ont certes fourni des informations précieuses, mais ils ne permettaient pas vraiment de comparer les différents systèmes de protection, en raison des nombreux paramètres en jeu.

Les filets en acier se déforment, mais ne rompent pas
Par la suite, la mise au point d’une méthode de test, basée sur des paramètres prédéfinis et contrôlables, a permis une véritable comparaison des différents systèmes. Au cours des dernières décennies, les barrières souples équipées de filets en acier à haute résistance se sont imposées dans le monde entier comme une mesure de protection efficace et fiable contre les chutes de pierres. Dans le même temps, les capacités d’absorption d’énergie sont passées de 1500 kJ à 10 000 kJ. Avec des énergies aussi importantes revient la question inévitable de savoir ce que provoquent les impacts «naturels» de blocs rocheux qui frappent le filet en un point quelconque, et éventuellement en rotation.

Pour y répondre, une vaste série de tests a été effectuée au col de la Flüela ces deux dernières années. Ce projet de recherche Innosuisse de l'Institut pour l’étude de la neige et des avalanches a été mené avec son partenaire industriel Geobrugg et a consisté à projeter des pierres de formes et de tailles différentes contre une barrière. La barrière était équipée de capteurs pour mesurer la charge sur les multiples éléments du système de protection, et déterminer notamment comment les impacts en des points variés à des vitesses et rotations différentes affectent le comportement de la barrière.

Capteurs intégrés aux blocs

Les blocs de test étaient eux-mêmes équipés de capteurs pour mesurer leur rotation et leur accélération pendant la descente et lors de l’impact. Combinées avec des enregistrements de drones à haute résolution et des vidéos sous différents angles, ces données permettent de reconstituer en détail les trajectoires et les vitesses des blocs pour que les chercheurs puissent mieux comprendre l’interaction de tous les paramètres.

L’objectif du SLF est de perfectionner le logiciel de simulation de chutes de pierres RAMMS: Rockfall. Quant à Geobrugg, elle cherche à optimiser les protections contre les chutes de pierres. Les premiers résultats du projet Innosuisse sont maintenant disponibles dans un rapport du WSL lisible ici: https://www.slf.ch/de/publikationen/default-bffa767abd.html