Lonza va dépolluer sa décharge

Le groupe Lonza va assainir son ancienne décharge de Gamsenried

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: rro.ch
Lonza dépolluera sa décharge

L’ancienne décharge de Gamsenried (VS) va enfin démarrer son long processus d’assainissement sous le contrôle du groupe Lonza et de l’Etat du Valais. Il s’agira de protéger les eaux souterraines en aval du site pollué et de traiter les nombreux polluants présents dans le sol.

L’ancienne décharge du groupe Lonza, à Gamsenried (VS) ne finira pas de sitôt d’alimenter les conversations et les actions en faveur de son  assainissement. Sous la forme d’un trou béant en bordure de l’autoroute A12, le site risque toujours de polluer durablement le Rhône et la nappe phréatique. Le groupe industriel va faire sa part pour restituer le terrain dans son état naturel d’origine.

L’assainissement sera long

Personne ne se trompe sur la durée des travaux. Il faudra en effet une à deux générations pour purger le sol du site de tous ses composants chimiques d’une très haute toxicité pour l’environnement. Il ne s’agit pas que d’un simple nettoyage. Il faut à la fois préserver l’activité agricole des alentours et protéger la population.

Trois axes prioritaires

L’Etat du Valais et le groupe Lonza se sont mis d’accord sur le principe de l’assainissement progressif du site contaminé au mercure et à divers polluants risquant d’être lessivés pour contaminer les eaux souterraines. Trois axes ont été définis sur la base des études de détail menées ces dernières années. Il s’agira de mettre en place une paroi étanche pour éviter la propagation de la pollution entre la décharge et le Rhône. Les concentrations de benzidine, présentes sur 3 km en amont de la décharge devront de plus être traitées. Les secteurs présentant le plus de polluants devront enfin être assainis.

Excavation ou traitement des sols

L’Etat et l’entreprise concernée doivent encore se mettre d’accord sur le choix de variantes de cet important assainissement.  Il s’agit de décider si le traitement des polluants peut avoir lieu in situ ou non. Dans le cas contraire, il faudra excaver les matériaux et les traiter au moyen d’une installation adéquate. Le groupe Lonza se chargera  de faire des tests complémentaires en laboratoire. Il évaluera aussi les variantes d’assainissement pour chaque secteur de l’ancienne décharge.

Encapsulage partiel envisagé

Les acteurs de l’assainissement veulent à la fois protéger les eaux dans la zone et procéder à une décontamination complète du site. Certains compartiments de l’ancienne décharge pourraient être sécurisés par un encapsulage sécurisé. La protection hydraulique des alentours du site est une priorité depuis que ce dernier a été classé dans la catégorie à assainir en 2011. La décharge a été exploitée entre 1918 et 1978 et des premiers travaux de sécurisation ont déjà été menés en 1990.