Un pas vers la neutralité carbone

Une start-up lance une méthode d’analyse énergétique d’un bâtiment

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © Tommi 2020 , EPFL

Réduire les émissions de CO² dans le bâtiment est le rêve ultime de tout constructeur sensible à la cause climatique. Une start-up française va commercialiser une méthode d’analyse énergétique mise au point par un laboratoire de l’EPFL.

Source: 
EPFL

La start-up Vizcab et ses collaborateurs s'engagent pour le numérique et la cause climatique.

Les recherches pour réduire les émissions de CO² dans le bâtiment vont bon train. L’EPFL n’est pas en reste. Et lorsque les solutions jaillissent des laboratoires, les appliquer dans le monde de l’industrie est source de fierté et d’avenir pour sauver le climat.

Analyse dès la conception

Une start-up française a ainsi pu lever 1,75 million de francs pour commercialiser une méthode d’analyse énergétique mise au point par l’EPFL Fribourg. Celle-ci simplifie l’analyse du cycle de vie d’un bâtiment, dès la conception de celui-ci. Toutes les mesures prises pour un bâtiment plus écologique se basent en effet le plus en amont possible. Jusqu’ici, il fallait que le bâtiment soit construit pour se livrer à ce genre d’investigations.

Simulations par milliers

Vizcab, la start-up en question, se situe à la croisée des chemins pris par les transitions numériques et écologiques.  La méthode consiste en une application web donnant accès à un module d’exploration des hypothèses pour la construction d’un bâtiment. Elle propose des dizaines de milliers de simulations dans différents domaines, comme le chauffage, le vitrage ou l’isolation.

Neutralité carbone visée

Cette méthode a été développée au sein du Smart Living Lab de Fribourg, en collaboration avec divers autres laboratoires de l’EPFL. Elle s’inscrit dans les objectifs de neutralité carbone fixés par l’Union européenne pour 2050. Vizcab est convaincue de pouvoir étendre le nombre d’utilisateurs de sa plate-forme (680 aujourd’hui) à l’avenir. Sa levée de fonds intervient de plus dans le contexte économique difficile de la crise sanitaire.