Un temple pour une nouvelle vie

Le Temple du Bas de Neuchâtel va retrouver une nouvelle jeunesse

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard
Assainir pour le spectacle et le culte

Le Temple du Bas de Neuchâtel a entamé son assainissement et sa rénovation pour présenter à l’aube de cet hiver un intérieur complètement nu. Les boiseries ont été retirées pour permettre le bon déroulement du chantier. La salle de spectacles et lieu de culte du centre-ville va retrouver une nouvelle jeunesse dans quelques mois.

Mis à nu en six mois. Le Temple du Bas de Neuchâtel est désormais débarrassé de toutes ses boiseries et de tout son mobilier. Les travaux d’assainissement et de rénovation de cet édifice se poursuivent dans des espaces vides, au milieu des câbles. La Ville de Neuchâtel promet de retrouver sa principale salle de spectacles – plus de 1000 places - dans le courant de l’automne 2020.

Différents intérêts

Les autorités politiques de Neuchâtel veulent privilégier la polyvalence. Le Temple du Bas est en effet occupé par de très nombreux utilisateurs aux activités diverses. Il est un  lieu de culte, de concerts et de spectacles en tous genres. L’architecte Serge Girard doit dès lors jongler entre différents intérêts, sans pour autant oublier que l’édifice doit être remis à niveau en ce qui concerne sa sécurité anti feu et son système de ventilation.

Anti feu et acoustique

Ainsi, un tissu absorbant drapera la scène et diverses cloisons au sous-sol du bâtiment, dans la zone du foyer. «Une fois que la police du feu a donné son aval au matériau choisi, je dois vérifier cela auprès de l’acousticien», souligne l’architecte. Un numéro d’équilibrisme continuel, pour chaque transformation prévue. L’intérêt architectural du projet s’en trouve bonifié.

Rajeunir le béton

Les travaux doivent aussi tenir compte du caractère protégé de l’édifice. Ai9nsi les boiseries qui font la richesse patrimoniale de la charpente sont-elles été retirées pour être entretenues. Le chantier a littéralement déshabillé l’intérieur du bâtiment. La salle de concert et sa galerie conserveront leur disposition aménagée en 1974. Le béton qui compose la tribune supérieure sera nettoyé pour trouver une nouvelle jeunesse.

L’anthracite illumine

Construit en1695 et rénové en 1974, le Temple du Bas est orné de nombreuses petites fenêtres rondes. Certaines d’entre elles ne remplissent plus de fonction particulière. C0est le cas, par exemple, de celles situées derrière la scène. Elles seront ainsi occultées par une tôler spéciale rappelant que l’intérieur de l’édifice se déclinera en majorité en anthracite. «Contrairement à ce que l’on peut penser, cette couleur illuminera les boiseries d’origine une fois celles-ci réinstallées», souligne Serge Grard.

Sous-sol réaménagé

Les grandes fenêtres recevront un nouveau vitrage. Le sous-sol sera complètent réaménagé pour favoriser l’accueil des artistes. De nouvelles loges, davantage de sanitaires, un espace dévolu aux repas ou aux conférences permettront la polyvalence des activités qui s’y déroulent. Un monte-charge permettra d’accéder directement à la scène. Les travaux se poursuivent, sans que l’aspect extérieur de  l’édifice et sa richesse patrimoniale soient vraiment affectés. L’intérieur, pourtant, c’est autre chose.