Centre des congrès de Montreux : vote annulé suite à un bug informatique

Le projet du Montreux Music & Convention Centre (ou 2m2c) n’est pas mort

Gefäss: 
Teaserbild-Quelle: © ©CCHE architectes
Le projet du centre des congrès revient à la charge

97 recours ont été déposés auprès du préfet car 1397 électeurs étrangers (autorisés à se prononcer au niveau communal dans le canton de Vaud) n’ont pu participer au scrutin, faute d’avoir reçu leur matériel de vote.

Pour rappel, le 10 février dernier, la population montreusienne refusait par une très courte majorité de 94 voix (sur 6600 votants) la participation communale de 27 millions dans le projet de rénovation du 2m2c, dont le budget total de 87 millions était jugé disproportionné par les opposants. Ce refus a été un véritable choc pour la municipalité et les différents acteurs du tourisme régional, ouvrant une période d’incertitudes pour l’avenir de différentes manifestations, dont le prestigieux Montreux Jazz. Comme un écho à l’appel lancé cette semaine par les acteurs de l’économie montreusienne, le Conseil d’État a décidé mercredi d’annuler le vote sur le Centre de Congrès.

Le gouvernement cantonal suit ainsi la recommandation du préfet du district Riviera Pays-d’Enhaut. Roland Berdoz avait, en effet, estimé que le scrutin sur la mise à niveau et le développement du complexe devait être invalidé. Le 10 février dernier les Montreusiens avaient refusé le projet par 94 voix d’écart. Mais 1397 électeurs étrangers n’ont pu participer au scrutin, faute d’avoir reçu leur matériel de vote.

Résultat, 97 recours ont été déposés auprès du préfet. Le lieutenant du Conseil d’État a considéré que la nature ainsi que l’importance des irrégularités constatées ont pu influencer de façon déterminante le scrutin. L’Exécutif cantonal l’a donc suivi. Cette décision du gouvernement peut elle-même faire l’objet d’un recours dans un délai de 20 jours.

Nouveau vote ou nouveau projet ?

Laurent Wehrli, syndic de Montreux, «prend acte». Même si des discussions doivent encore être menées, on devrait s’acheminer vers un nouveau vote, rapide, peut-être même d’ici à fin juin. «Rien ne dit qu’une nouvelle procédure aboutira à un score différent dans les urnes, même si je peux l’espérer, commente Laurent Wehrli. Mais l’important demeure que, cette fois, le résultat ne soit pas entaché par les doutes.»

La Municipalité se réunira vendredi pour voir quelle suite donner à cette affaire. Deux options s’offrent à elle : organiser un nouveau scrutin pour faire revoter la population sur le même projet de rénovation du Centre de Congrès, ou tout reprendre depuis le début en élaborant un nouveau projet. «Évidemment, le calendrier n’est pas le même pour cette seconde option», note Laurent Wehrli.

Un coût raisonnable

Pour rappel, le projet soumis au vote en février demandait que la Ville puisse débloquer 27 millions de francs. Sur un projet total de 87 millions. En regard des autres centres de Congrès européens, cette mise à niveau ne paraît pas hors de prix. Selon l’association internationale des palais de congrès, la moyenne des investissements en la matière tourne autour des 93,5 millions d’euros. Rémy Crégut directeur du 2m2c, fait le calcul : «Le coût de construction au mètre carré du Grand Théâtre de Genève se monte à 17 000 francs, celui du Théâtre de Beaulieu à 7600 francs et celui du SwissTech Convention Center à Lausanne à 7500 francs, or notre projet aurait coûté 2600 francs le mètre carré.»

De leur côté, les opposants jugent l’ouvrage «démesuré». Mais ils reconnaissent la nécessité des travaux liés à la «mise aux normes». Pour le reste, ils appellent à «rendre aux Montreusiens» la partie sud-est du 2m2c, pour en faire un «pôle de la culture».