15:08 ARCHITECTURE

Dangers de l’amiante dans le bâtiment et le génie civil

La Suva s’est associée à la Société Suisse des Entrepreneurs afin de présenter les travaux lors desquels les travailleurs du bâtiment et du génie civil sont exposés à de l’amiante ainsi que les mesures de protection à prendre dans ce cadre. En effet, même si l’amiante est interdit en Suisse depuis 1990, ce matériau continue à représenter un risque pour la santé.

19415

Les travaux de transformation, de rénovation et de démolition peuvent entraîner la libération de fibres. Jusqu’en 1990, des milliers de tonnes de cette substance ont été utilisées sous diverses formes, par exemple dans les matériaux d’isolation, les plaques de faux plafonds, les cloisons pare-feu ou les revêtements de sol.

En raison de ses propriétés uniques, l’amiante a été très répandu. L’amiante présente une résistance au feu allant jusqu’à 1000 °C, une forte isolation électrique et thermique, une élasticité et une résistance à la traction élevées ainsi qu’une bonne assimilation avec divers liants. Ce matériau constitue toutefois un risque pour la santé, et son utilisation est interdite en Suisse depuis 1990. Lors de son traitement et de sa manipulation, des fibres très fines se détachent et peuvent être inhalées par les personnes se trouvant à proximité. L’organisme humain n’en élimine qu’une partie, et leur présence dans le corps peut provoquer diverses pathologies. Entre 1939 – année de la reconnaissance du premier cas de maladie professionnelle liée à l’amiante – et 2012, 1703 personnes de diverses branches sont décédées des suites d’une maladie due à l’amiante. Aujourd’hui encore, une centaine de travailleurs décède chaque année des suites d’une exposition à l’amiante subie plusieurs années auparavant.

Nouvel outil de prévention pour les professionnels du bâtiment et du génie civil

La Suva s’engage avec les partenaires sociaux pour la prévention des accidents et des maladies professionnelles. Sa nouvelle brochure «Identifier, évaluer et manipuler correctement les produits amiantés – Ce que vous devez savoir en tant que professionnel du bâtiment et du génie civil», élaborée avec le concours de la Société Suisse des Entrepreneurs, indique les travaux pouvant encore aujourd’hui entraîner une exposition à l’amiante dans le secteur du bâtiment et du génie civil, les mesures de protection à prendre et à quel moment recourir à des spécialistes en désamiantage. La Suva et la Société Suisse des Entrepreneurs se sont fixé comme objectif de protéger les travailleurs lors des activités de transformation, de rénovation et de démolition. «Nous souhaitons ainsi contribuer à prévenir les maladies graves provoquées par les fibres d’amiante libérées dans l’air», explique Edgar Käslin, chef du secteur chimie à la Suva. Pour ce faire, la Suva met également à disposition d’autres outils sur le site www.suva.ch/amiante (com)

Quatre questions à Nicole Loichat, responsable sécurité au travail, environnement et qualité au sein de la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE):

Comment la SSE aide-t-elle les entrepreneurs à assumer leurs responsabilités en cas de dangers liés à l’amiante?

La SSE organise depuis quatre ans des cours pour les néophytes. Nous leur expliquons comment identifier la présence d’amiante et ce qu’il faut faire si le maître d’ouvrage veut se dispenser d’un désamiantage à cause de son coût.

Que propose la SSE à ses adhérents?

Avec le concours des partenaires sociaux, nous proposons, dans le cadre de la solution de branche, des formations pour conducteurs de travaux, contremaîtres et maçons, et ce, dans toutes les régions du pays.

L’OTConst stipule que, lors de la planification des travaux de construction, l’employeur doit identifier de manière approfondie les dangers de l’amiante et évaluer les risques qui y sont liés. Quelles sont les répercussions pour les entrepreneurs?

Lors d’une procédure d’adjudication ou d’un appel d’offres, ils doivent fournir des dossiers complets contenant également des informations sur la présence d’amiante et les mesures requises. Il faut parfois faire pression sur le maître d’ouvrage pour qu’il transmette réellement ces informations.

Où faut-il agir en priorité dans ce cadre pour la SSE?

Il faut en particulier que les maîtres d’ouvrage publics assument pleinement leurs responsabilités et ne se cachent pas derrière des informations inexactes, voire fausses, au moment de déterminer si de l’amiante est présent sur un chantier. La peur de dépenses supplémentaires – un sujet politiquement délicat – ne doit en aucun cas mettre en danger la santé des travailleurs.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.