10:02 ARCHITECTURE

Glissements de terrains en Suisse


Le trafic CFF reprend normalement ce lundi après un glissement de terrain survenu dimanche 19 février et qui avait perturbé la circulation ferroviaire suite à l’écroulement de plusieurs mètres d’un mur anti-bruit. Régulièrement en Suisse, des glissements de terrain dus aux intempéries ou à des poches d’eau souterraines provoquent non seulement la destruction d’ouvrages mais aussi des pertes humaines.

Le glissement de terrain a eu lieu vers 22h30, il y a 8 jours, aux abords d’un bâtiment du chemin de Chandieu à Lausanne. Le déplacement de terre a provoqué la chute d’un mur antibruit bordant les voies des CFF. Une armoire technique a aussi été emportée. Le mur avait été construit deux ans plus tôt. Les habitants d’un immeuble du chemin de Chandieu 35 ont entendu comme «le bruit d'un camion de chantier qui décharge son contenu», témoigne l’un d’entre eux. Ce locatif de cinq étages est implanté au bas du talus très raide, qui longe les voies. «La terre a envahi la cuisine d'un appartement du rez-de-chaussée», explique le propriétaire. Aucune victime n'est à déplorer. Une famille de trois personnes a été relogée à l'hôtel.

6% à 8% du pays comporte des pentes instables

D’après la plateforme nationale des dangers naturels: planat.ch «environ 6 % de la superficie de la Suisse comporte actuellement des pentes instables. La dangerosité des glissements de terrain n’est pas seulement déterminée par la vitesse et par le volume des masses en mouvement, mais aussi et surtout par les mouvements différentiels entre certains compartiments. Ces mouvements sont susceptibles de compromettre gravement la stabilité des ouvrages.» En ce qui concerne l’accident survenu il y a 8 jours, les analyses faites par des géologues pour connaître l’origine des poches d’eau situées sous les voies sont encore en cours. Le demi-cratère formé par le glissement affleure la voie inférieure de la ligne du Simplon, à quelques centaines de mètres de la Gare de Lausanne, à mi-chemin entre cette dernière et la gare de Pully. Le lit de la Vuachère, rivière qui constitue la limite entre les deux communes, se situe à seulement quelques dizaines de mètres.

Le changement climatique accentue le phénomène

«Il faut s’attendre à ce que les glissements de terrain deviennent aussi de plus en plus fréquents et vastes sous l’effet du changement climatique en cours: l’augmentation des fortes précipitations et la combinaison d’un accroissement des précipitations hivernales et d’une montée de la limite des chutes de neige qui nous sont annoncées vont accroître la quantité d’eau disponible pour déclencher des glissements de terrain. Suite au retrait des glaciers et à la fonte du pergélisol, de nouveaux secteurs susceptibles de glisser viendront s’ajouter aux pentes actuellement instables,» confient les collaborateurs scientifiquesde l’OFEV (Office fédéral de l’environnement.)

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.