13:03 ARCHITECTURE

Le Château de Grandson aux soins intensifs

Au Château de Grandson, aucun mur ne ressemble à l’autre, il n’y a pas de plans… et, comme la ligne CFF passe près de la forteresse, il a fallu respecter des normes de sécurité maximales: lors de l’édification des échafaudages de ce monument historique, l'entreprise d'échafaudage a dû faire preuve de son ingéniosité.

19415

Cette forteresse édifiée entre les XXIe et XIVe siècles, est réputée notamment en raison de la bataille qui s'est déroulée à Grandson en 1476. C’est là en effet que les Confédérés infligèrent une cruelle défaite au duc de Bourgogne Charles le Téméraire. Depuis 2012, le château, qui appartient à la Fondation pour l’art, la culture et l’histoire, est l’objet d’une profonde restauration. L’architecte responsable, Christophe Amsler, de Lausanne, est un spécialiste des restaurations de bâtiments historiques. Les travaux de construction sont assurés par le bureau Fischer & Montavon, d’Yverdon. Quant aux travaux d’échafaudage, ils ont été confiés à Roth Echafaudages SA à Neuchâtel.

Ouvert au public malgré les travaux

Les travaux se dérouleront en trois étapes et dureront jusqu’à fin 2014. Le château qui, dans la haute saison, attire chaque jour jusqu’à 1000 visiteurs, doit pouvoir rester accessible pendant tout le temps – un premier défi à relever pour les monteurs d’échafaudages. Les échafaudages ne pouvaient être montés que pendant les heures de visite.

Les bâtiments historiques posent des exigences bien plus élevées aux échafaudages que les immeubles conventionnels: ainsi, chacune des tours, a dû recevoir des échafaudages sphériques faits sur mesure, de même pour ceux des murailles dont la géométrie est différente. Par ailleurs, les murailles ne sont pas simplement verticales, mais elles sont plus larges en bas qu’en haut: «D’ailleurs, il n’existe pas de plans de construction précis», précise Yvar Andrey, chef de la succursale de Roth Echafaudages SA à Neuchâtel, «ainsi nous avons dû commencer par examiner tout le château par des mesures au laser».

Friable comme une biscotte

Il faut dire que la situation du château elle-même représentait aussi un grand défi pour Roth Echafaudages SA. D’abord, le château est construit sur un haut-plateau et n’est accessible qu’à pied. Les composants d’échafaudages Plettac de haute qualité, ainsi que les pièces du monte-matériel et monte-personnes de 24 mètres, soit à peu près 120 tonnes de matériel, durent être hissés dans la cour du château au moyen d’une grue mobile! Autre problème, la ligne CFF Neuchâtel-Genève passe directement à côté du château, de sorte que des prescriptions des plus sévères doivent être respectées, par exemple, cinq mètres de distance des lignes de contact et quatre mètres du gabarit de la ligne des trains. Des mesures particulières furent également nécessaires en raison de la nature des murailles de pierre naturelle recouvertes de plusieurs couches de crépi. «Les premiers centimètres du mur sont en partie aussi friables que de la biscotte», dit Monsieur Andrey, «et pour fixer les échafaudages, nous avons dû prendre des tampons d’ancrage allant jusqu’à 150 mm au lieu des tampons habituels de 70 mm.»

2500 h de travail jusqu’à fin 2014

Les travaux d’échafaudage pour la première étape de l’été dernier à eux seuls ont demandé 650 heures de travail: des échafaudages d’une surface totale de 3800 m2 ont été édifiés. Au début de 2013 les monteurs ont entrepris les travaux de la deuxième étape, et à la fin de l’année commencera la troisième étape.

Jusqu’à la fin de tous les travaux de restauration, on estime que les monteurs d’échafaudage auront travaillé environ 2500 heures, ce qui équivaut à trois mois d'affilée sur ce monument historique. (ba/com)

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.