09:12 ARCHITECTURE

Le patron de la société de forage acquitté

Le patron de l'entreprise qui a procédé aux forages géothermiques à Bâle a été acquitté lundi. Le Ministère public accusait ce chef d'entreprise de dommages à la propriété et d'effondrement suite aux séismes engendrés par le chantier.

19415

La défense avait plaidé le non-lieu, mais le procureur avait requis une peine de 18 mois de privation de liberté. Pour les 3 juges, le prévenu n'a jamais caché ou minimisé le risque de séismes. L'accusé qui a qualifié les reproches qui lui étaient faits d'«absurdes» était seul sur le banc des accusés.

Le projet, qui visait à produire de l'énergie en injectant de l'eau en profondeur, a été stoppé fin 2006 suite au premier tremblement de terre d'une magnitude de 3,4 degrés. Il a été définitivement enterré la semaine dernière.

Le projet de l'entreprise Geothermal Explorer visait à produire de l'énergie en injectant de l'eau en profondeur. Les travaux ont provoqué des dégâts estimés à plusieurs millions de francs.

Prise de position de la société suisse pour la géothermie

Soulagement suite à la conclusion du procès

La Société Suisse pour la Géothermie (SSG/GEOTHERMIE.CH) salue l’acquittement prononcé dans le procès lié au projet géothermique de Bâle. Le large soutien des milieux scientifiques et politiques ainsi que l’approbation des étapes successives du projet contredisent clairement le reproche d’un comportement fautif, voire irresponsable de l’accusé. Malgré tout leur enthousiasme pour aller de l’avant, les responsables de ce projet pionnier ont constamment mis en évidence les nombreux risques existants. L’interruption a toujours été une des options. A présent, la SSG plaide en faveur d’un large échange de vues sur les chances et les risques de la géothermie profonde, en mettant à profit les données et les connaissances acquises, afin d’évaluer clairement les potentiels futurs.

Depuis le début de l'affaire, la SSG a trouvé injustifié le fait de responsabiliser pour tous les dommages le seul développeur du projet, qui a procédé aux pronostics sur la base de l’état de la technique de l’époque et qui a toujours mis en évidence les nombreux risques possibles.


Regard en arrière

La technologie visant la création d’un réservoir artificiel dans les roches cristallines profondes permet la production de chaleur et d’électricité. Cette technologie ne se trouve cependant qu’au début de son développement. A Bâle, le projet a débuté avec un forage de reconnaissance à Otterbach, afin de reconnaître la structure et le gradient de température des couches jusqu’au massif cristallin, à env. 2.5 km de profondeur. Pour tous les participants à ce projet, il s’agissait non seulement de franchir un pas dans une géologie «Terra incognita», mais aussi d’un pas vers l’avenir. Avec le lancement du premier forage profond à Kleinhüningen, en 2006, le projet est entré dans sa première phase de développement


La mise en pression des fissures existantes pour créer un réservoir de chaleur a déclenché la micro sismicité attendue, mais a aussi engendré des effets sismiques imprévus, dont le maximum a atteint en décembre 2008 une magnitude de 3.4, bien perceptible et audible en surface. La population en fut choquée et cela a conduit à l’arrêt immédiat des travaux d’injection, conformément aux mesures prévues dans le plan d’urgence. L’étude du risque, publiée en novembre 2009, a qualifié la sismicité déclenchée «d’intensité inhabituelle». Sur la base de cette analyse, qui évaluait les risques d’une continuation, il a été décidé d’arrêter définitivement les travaux.


Le procès devant le tribunal de Bâle devrait maintenant éclaircir le niveau de danger futur engendré par la sismicité induite, ainsi que les dégâts qui peuvent en découler dans la région bâloise. Divers milieux doutent du bien fondé de telles accusations, de son coté la SSG considère une telle démarche pénale comme inappropriée. Le large soutien des milieux scientifiques et politiques ainsi que l’approbation par les autorités des étapes successives du projet contredisent clairement le reproche d’un comportement fautif, voire irresponsable.


Objectifs

La SSG soutient l’utilisation croissante de la chaleur disponible dans le sous-sol, que ça soit à faible ou à grande profondeur. C’est la raison pour laquelle elle salue d’une part les activités de recherche et de développement, d’autre part l’analyse du risque effectuées dans le cadre du projet géothermique de Bâle. Les perspectives et le potentiel de la géothermie sont considérables, ce qui rend nécessaire un renforcement de ces travaux. En tant qu’énergie renouvelable, et sa possibilité de produire de l’énergie de bande, la géothermie profonde apporte une contribution importante à l’approvisionnement énergétique futur. Les enseignements du projet de Bâle permettront à l’avenir d’améliorer les méthodes d’évaluation des risques et le développement de la géothermie profonde.


Impulsions

La SSG salue l’acquittement de Dr. Markus Häring et en prend note avec soulagement. En même temps, la SSG prend position pour que le suivi des exigences de qualité et de sécurité, attribuables à toutes les technologies mises en œuvre dans des espaces urbains et restreints de la Suisse, soit renforcé. La SSG plaide aussi en faveur d’un large échange de vues sur les chances et les risques de la géothermie profonde, en mettant à profit les données et les connaissances acquises, afin d’évaluer clairement les potentiels futurs.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.