08:05 ARCHITECTURE

Verres et aluminium eloxé s’enchevêtrent dans un jeu de lumières

Au cœur de Genève, un impressionnant mastodonte de verre et d’acier a vu le jour dans le quartier de Sécheron. Son élaboration triangulaire avec une structure métallique, capable de supporter le poids de la tour Eiffel, rend l’édifice de Japan Tobacco International, inauguré l'automne passé, aussi intriguant qu’élégant. Retour sur une réalisation aux multiples facettes.

Par Jeremy Damon

L’imagination de l’architecte est parfois sans limites. Et le nouveau siège social mondial de Japan Tobacco International (JTI), l’un des géants mondiaux de l’industrie du tabac avec ses 26 000 employés et sa présence dans 120 pays, en est la preuve concrète, sorti tout droit du délire créatif d’un visionnaire. Situé au cœur du quartier du Sécheron à Genève, ce bâtiment se distingue d’emblée par sa forme triangulaire et asymétrique à la fois, dont les pointes semblent voler dans les airs. Sa sensationnelle structure métallique est quant à elle enveloppée d’une paroi entièrement vitrée.

12 000 poutres métalliques, 500 000 écrous

Inauguré le 27 octobre, l’immeuble est signé Kent Jackson, directeur artistique du bureau de Londres de la fameuse agence d’architecture de renommée internationale Skidmore, Owings & Merrill (SOM), à qui on doit notamment la Burj Kalifa de Dubai et la Freedom Tower à New York.

L’extérieur est particulièrement impressionnant avec des façades vitrées faisant office d’enveloppe et une structure visible en aluminium eloxé. L’entrée principale n’est pas en reste avec un porte-à-faux de 65 m de largeur et 18 m de haut. Une prouesse technique que décrit Jérôme Pochat, ingénieur civil chez Ingeni et responsable du projet : « C’est un simple cube d’acier qui s’enroule sur lui-même. Les deux côtés de l’édifice font tenir le bâtiment. Il a fallu maîtriser les déformations de la charpente métallique avec l’aide de la modélisation 3D. Le succès est au rendez-vous. Les lignes sont parfaites. Il y a seulement un ou deux centimètres de flottement, mais rien d’anormal. » A l’arrivée, il s’avère que l’ouvrage pourrait supporter l’appui de la totalité de la tour Eiffel.

La fantastique structure élaborée par Zwahlen & Mayr est composée de 5700 tonnes d’acier, 12 000 poutres métalliques, 190 nœuds de connexions, dont le plus large fait 5,40 m et plus de 500 000 écrous. La pièce d’acier la plus lourde pèse à elle seule 52 tonnes !

Cette charpente métallique de forme triangulaire a la particularité d’être composée de montants, de diagonales, de membres supérieurs et inférieurs ainsi que de planchers intermédiaires. Un tiers de ceux-ci qui sont horizontaux sont constitués de profilés du commerce, de type HEA et IPE. Les planchers horizontaux sont en dalle mixte et composés de béton léger en vue d’alléger les appuis. Et pourtant, ils contiennent tout de même 446 tonnes d’acier. Si l’on assemble ensemble toutes ces tiges, elles font 180 km … soit le tour complet du lac Léman.

Autre particularité : le chevauchement entre les deux parties du bâtiment qui est bien distinct. Aucun des deux ensembles ne pourrait tenir sans l’autre et son enchevêtrement rendu obligatoire peut faire penser à un empilement organisé de cubes.

La façade vitrée est composée de 1277 panneaux de verre de 143 dimensions différentes représentant une surface de 18 500 m2. Les pièces standard (3 m ◊ 4,2 m) pèsent près d’une tonne et demie. Ces éléments permettent aux employés et autres visiteurs d’admirer la vue exceptionnelle tout autour du bâtiment avec d’un côté, depuis les étages supérieurs, le lac et les Alpes et de l’autre le Palais des Nations Unies et plusieurs organisations internationales.

Les façades installées sont aux normes Closed Cavity (CCF), ce qui permet de répondre aux règles Minergie et même les dépasser de 20 %. Elles sont formées de poutres composé-soudé et d’un tiers de profils du commerce, de type HD pour charpente lourde. Elles sont connectées entre elles par des boulons ; la structure a dû être assemblée en en temps record de huit mois. A noter que les grosses poutres et certains des assemblages ont été soudés.

Œuvres de Liam Gillick

Labellisé Minergie, l’immeuble a été conçu pour mettre en valeur la lumière du jour et économiser au maximum l’énergie utilisée pour le chauffage et le refroidissement. Les luminaires sont, bien sûr, uniquement équipés de LED. De surcroît, 104 forages ont été creusés jusqu’à 257 m de profondeur en vue d’installer des sondes géothermiques.

Culminant avec sa pointe à 51 m, le siège de JTI comprend 9 étages et sa superficie intérieure fait près de 28 000 m2. Etant donné la forme spéciale du bâtiment, chaque niveau a sa propre forme et morphologie : rectangulaire, carré ou encore triangulaire. Tous les étages ont une couleur distinctive. Cette signalétique subtile permet ainsi de mieux se repérer dans l’édifice, mais ces couleurs font écho aux œuvres d’art de Liam Gillick qui a peint chacune des cages d’escalier. L’artiste contemporain britannique a donné ainsi une tonalité différente à chaque niveau. Sobre et discrète.

L’impression générale qui se dégage est celle d’un OVNI, un engin spatial volant dans les airs, tant les espaces sont libérés au niveau du sol. « Nous avions peu d’espace sur la parcelle constructible, et notre réalisation prend toute la place libre à disposition, ajoute Kent Jackson, de SOM. De ce fait, nous avons privilégié une création d’espaces et de rencontres sous le bâtiment pour faire profiter les employés, mais aussi les Genevois qui bénéficient dorénavant d’un espace de détente supplémentaire. »

Une crèche originale avec des toits végétalisés en forme de vagues

Déterminé à s’intégrer au mieux dans le canton au niveau social, le groupe japonais a décidé de créer des places de crèche juste au pied du majestueux bâtiment. 105 places sont disponibles pour les enfants des employés de la firme, mais aussi pour les habitants de la commune. Conçu par Groupe 8, l’ensemble tout en longueur, offre des toits végétalisés ondulés en forme de vagues et séduit par son architecture originale. De longues baies vitrées laissent également entrer la lumière naturelle.

Directeur des relations extérieures et institutionnelles du groupe JTI, Fabrice Eggly est fier de parler de son nouveau lieu de travail : « Notre volonté était de rester à Genève, mais d’être regroupé sur un seul et même site plutôt que trois comme auparavant. Le quartier de Sécheron nous offre cette harmonie urbanistique et nous avons voulu la préserver. Avec ce bâtiment, nous restons dans les tons environnants et enrichissons à notre manière le patrimoine architectural de la ville de Genève. La forme aérienne, grâce au porte-à-faux, est épatante et nous sommes particulièrement heureux d’avoir plébiscité le projet de SOM. » Le résultat qui enchante les regards est à la hauteur des espérances et se laisse apprécier tout seul.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.