15:05 DIVERS

Des chercheurs bernois évaluent la résistance sismique des bâtiments en bois

Teaserbild-Quelle: Haute école spécialisée bernoise BFH

En matière de sécurité sismique, il existe encore des lacunes dans les connaissances sur la construction en bois. C'est pourquoi les chercheurs de la Haute école d’architecture bernoise (BFH) étudient depuis longtemps les propriétés dynamiques des constructions en bois lamellé-croisé. Ils viennent d’effectuer des essais sismiques sur un bâtiment test à Vauffelin, dans le Jura bernois.


Sécurité parasismique dans la construction en bois: les chercheurs de la Haute école spécialisée bernoise font osciller les bâtiments en bois. Le bâtiment d'essai de quatre étages en lamellé-croisé se trouve  sur le site de la HESB à Vauffelin.

Crédit image: Haute école spécialisée bernoise BFH

Les essais font osciller ce bâtiment de quatre étages en lamellé-croisé à Vauffelin, au nord de Bienne.

La construction en bois est en plein essor, de plus en plus de bâtiments sont réalisés à l'aide de ce matériau. Mais dans le domaine de la sécurité parasismique, il existe encore des lacunes dans les connaissances de la construction en bois, indique la Haute école d’architecture bernoise (BFH) dans un communiqué. L'une des principales raisons en est la période d'oscillation fondamentale, l'un des paramètres les plus importants en ingénierie sismique, qui est difficile à estimer pour les constructions en bois.

Selon la BFH, les méthodes de mesure existantes fournissent en outre des résultats qui sont souvent très éloignés les uns des autres.  C'est pourquoi les chercheurs de l'Institut pour la construction en bois, les structures porteuses et l'architecture (IHTA) étudient depuis longtemps les propriétés dynamiques des constructions de lamellé-croisé. Pour ce faire, l'équipe a effectué une série de tests sur un bâtiment en bois de quatre étages, construit spécialement à cet effet. Grâce aux résultats de ces essais, les ingénieurs pourraient déterminer de manière plus fiable les propriétés dynamiques des bâtiments en bois, et notamment la période de vibration fondamentale, explique Martin Geiser, chef de projet.

Tests sismiques sur du lamellé-croisé
Après avoir déjà examiné les murs en bois lamellé-croisé sur le banc d'essai en laboratoire, les chercheurs ont ensuite construit par étapes le bâtiment test de 4x5 m de plan sur un terrain d'essai à Vauffelin (BE). Les chercheurs y ont mesuré, à l'aide de capteurs d'accélération, les vibrations naturelles du bâtiment, provoquées par exemple par le vent, après chaque nouvel étage ajouté.

Dans le cadre d'essais d'oscillation, des forces plus importantes agissant horizontalement sur le bâtiment test ont également été simulées. Pour ce faire, la construction en bois est déviée horizontalement et relâchée à l'aide d'un câble d'acier fixé à l'étage supérieur. Les chercheurs ont fait s'effondrer le bâtiment et ont ainsi pu vérifier si le point de rupture prévu pouvait développer sa ductilité.

Comparaison entre ossature en bois et en blocs
Ces derniers essais sont les troisièmes du genre: en 2019 déjà, des scientifiques de l'IHTA ont testé à Chamoson (VS) les propriétés dynamiques d'un bâtiment en bois,. Puis, deux ans plus tard, des études ont été menées sur des constructions en bois massif valaisannes. «Comme prévu, la période d'oscillation de base des bâtiments en bois lamellé-croisé est plus courte que celle des bâtiments à ossature en bois ou en blocs», explique Martin Geiser. Cela s'explique par le fait que les murs de contreventement en bois lamellé-croisé sont nettement plus rigides. 

Selon la BFH, cela signifie que les murs en lamellé-croisé peuvent être utilisés de manière idéale pour le renforcement des bâtiments et, d'autre part, qu'il peut être intéressant de réduire les forces sismiques élevées grâce à un comportement ductile de la structure porteuse.

Les connaissances acquises doivent maintenant permettre de mener une campagne de mesures sur des bâtiments existants, afin d'étudier l'influence des éléments de construction secondaires tels que les fenêtres ou les portes. En effet, selon la BFH, leur influence n'a pas encore été couverte par les projets menés jusqu'à ce jour. Le projet de recherche a été soutenu par l'Office fédéral de l'environnement, l'Association Jurassienne des Menuisiers, Charpentiers et Ébénistes AJMCE et d'autres partenaires.

 


Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.