18:04 DIVERS

Quand le propane chauffe et refroidit efficacement des bureaux

Source de l'image teaser: Benedikt Vogel

La tendance des réfrigérants destinés aux pompes à chaleur est d’éviter les fluorures d'hydrogène synthétiques et de privilégier les fluides naturels tels que l'ammoniac, le CO2 ou le propane. Une pompe à chaleur, expérimentale, air / eau réversible à base de propane est testée depuis deux ans dans un bâtiment neuf conforme à la norme Minergie-P. Avec succès !


Pompes à chaleur et propane 1

Quelle: Benedikt Vogel

Avec à peine 118 m², l’installation photovoltaïque sur le toit du bâtiment 3-Plan Haustechnik AG a une surface relativement petite, mais produit plus d’électricité que l’édifice n’en a besoin pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation.

Ces vingt dernières années, les pompes à chaleur se sont imposées comme la technologie privilégiée pour la production de chauffage et d’eau chaude économe en énergie et à faible teneur en CO2.

Un composant essentiel des pompes à chaleur est le réfrigérant qui sert à extraire la chaleur de l’environnement (air, sol) à basse pression pour la fournir au circuit de chauffage ou d’eau chaude après avoir été mise à la température souhaitée par un compresseur. Le réfrigérant est un élément clé pour le bon fonctionnement de la pompe à chaleur. Idéalement, il transporte beaucoup d’énergie thermique et n’est ni toxique ni nocif pour l'environnement.

Les exigences imposées aux réfrigérants ont évolué au fil du temps. Longtemps privilégiés, les réfrigérants synthétiques tels que les chlorofluorocarbones (CFC, HCFC) ont été interdits dans les années 1980 en raison de leur contribution à la destruction de la couche d’ozone. Ils ont souvent été remplacés par des fluorocarbones (HFC), des réfrigérants sans chlore aux excellentes propriétés thermodynamiques, mais au grand potentiel d’effet de serre.

Le réfrigérant R410A souvent utilisé dans les pompes à chaleur air / eau a un Potentiel de réchauffement global (PRG) de 2090, ce qui n’est problématique qu’en cas de fuite. Afin de minimiser le risque lié au nombre croissant de pompes à chaleur et d'installations frigorifiques dans le monde entier, les réfrigérants à très faible PRG sont aujourd'hui très sollicités.

Les réfrigérants dits naturels tels que l’ammoniac (R-717 ; PRG 0), le CO2 (R744 ; PRG1) ou le propane (R-290 ; PRG 3) représentent une solution. Le CO2, qui était déjà utilisé dans la technique du froid au milieu du XIXe siècle, est aujourd’hui le premier choix dans le domaine du froid commercial. Il est utilisé dans des pompes à chaleur uniquement en présence d’une différence de température relativement grande entre l’entrée et la sortie (notamment pour la production d’eau chaude). L’ammoniac est utilisé uniquement dans les grandes installations, car, même s’il est très efficace, il est toxique et se voit imposer des règles de sécurité plus strictes.

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.