17:03 PROJETS

Le Rayon Vert, symbole d’union des transports dans l’Ouest lausannois

Auteurs: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

Longue de 150 m, la magnifique arche de métal surplombe tout en finesse le nœud ferroviaire de Renens. Le Rayon Vert n’attend plus que son voile de lierre et de plantes colorées pour revêtir son aspect final. Mais la passerelle ne se contente pas de desservir les quais de la gare. Elle fait le lien entre le nord et  le sud de la ville, ainsi que toutes les villes environnantes. Elle est le symbole fort du nouveau hub de transports publics de la région qui concentre train, bus, métro et bientôt tram.


Rayon Vert 1

Quelle: Photodrone.pro

La passerelle enjambe les voies CFF de la gare de Renens. Elle ne fait pas que relier deux quartiers de la ville, mais s’inscrit bien dans le développement à long terme de l’agglomération.

Ce  chantier de la gare de Renens, ça a été comme un immense puzzle qu’il a fallu assembler. Il y avait les pièces maîtresses du Rayon Vert, les interfaces avec l’aménagement des places au nord et au sud, les travaux du passage souterrain de la gare et le réaménagement global des voies et des quais CFF, les édifices de CFF immobilier, l’arrivée prochaine du tram, les voies de circulation et arrêt de bus à revoir… Là, les pièces commencent à être toutes réunies. La figure d’ensemble fait plaisir à voir. »

Pascal Grütter, chef de projet à la ville de  Renens, ne cache ni sa satisfaction ni son soulagement. Bien sûr, les travaux ne sont pas encore terminés. Mais la clé de voûte  de cette construction protéiforme est à bout touchant. Le 29 mai prochain, le Rayon Vert, l’imposante passerelle qui surplombe les voies ferrées, va être officiellement inauguré.

Cette arche de métal arborisée est à elle seule un symbole. Elle propulse Renens, mais aussi tout l’Ouest lausannois, vers le futur et lui offre une identité forte et  visible, en phase avec l’époque et ses préoccupations.

« La fonction de ce Rayon Vert, insiste Pascal Grütter, c’est bien sûr de faire un lien entre le nord et le sud de la ville coupée par la ligne ferroviaire. Mais c’est bien plus que cela. C’est aussi une interface qui réunit toutes les communes limitrophes : Chavannes-près-Renens, Ecublens et Crissier. C’est un hub de transports publics entre les trains, les bus et le métro M1 qui dessert l’EPFL et les hautes écoles. Bien sûr, c’est aussi simplement la passerelle qui dessert directement tous les quais, y compris prochainement le tram. »

A l’origine, en 2007, quand les quatre communes de l’Ouest lausannois ont lancé un concours pour le franchissement des voies ferrées, les CFF, parties prenantes du projet, étaient favorables à un passage sous voie. Contre toute attente, c’est la seule  proposition à ciel ouvert qui a remporté 

le concours à la quasi-unanimité. Le Rayon Vert est devenu ainsi un geste manifeste qui réunit et illumine la ville en y réinstallant le lien social et la nature.

Ce pont piétonnier long de 150 m n’est pas qu’un corridor de transit, il fait partie intégrante d’un vaste espace public qui se  réinvente de part et d’autre de la gare. « C’est un lieu de passage important qui  accueillera 25 000 usagers par jour, explique Pascal Grütter. C’est aussi un espace de rencontre, fonctionnel et accueillant. Au nord, nous avons une pente douce, pensée comme un belvédère. La passerelle dessert tous les quais par des marches, des escalators et des ascenseurs. Sur sa face ouest, nous avons d’immenses garde-corps vitrés qui offrent une vue plongeante sur les marquises, le ferroviaire et le Jura. C’est un contraste voulu avec l’ancien passage inférieur étroit et sombre qui existait auparavant. Maintenant, tout est aéré et lumineux. »

« Sur toute la face est, poursuit le chef de projet, nous avons un grand palissage en lierre et un banc continu, dont l’arrière  est constitué de bacs qui cachent toute la technique. Au fur et à mesure que la passerelle s’avance vers le quai du M1, elle s’élargit, passe de 10 à 16 m de largeur. Ce n’était pas le cas à l’origine, mais les études de flux ont montré que 35 % du flux voyageur de la gare va en direction du quai M1. »

Esthétique et ingénieux
L’entrée sud du Rayon Vert est particulièrement impressionnante. Une immense volée de marches, accompagnée d’escaliers roulants et de deux ascenseurs, permet d’accéder à une belle place arborisée agrémentée d’une fontaine. Mais ce qui frappe le plus, c’est l’esthétique de l’ouvrage : une forêt de poutres bientôt recouverte d’un voile de lierre et de plantes colorées.


Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.