15:01 TECHNIQUE

Burj Khalifa: Hymne à la démesure

La tour Khalifa de Dubaï culmine désormais à 828 mètres, a annoncé la télévision publique lors de son inauguration le 4 janvier. Le souverain de Dubaï, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, a inauguré la tour appelée à devenir le nouvel emblème de l'émirat.

Le souverain de Dubaï, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, a dévoilé une plaque et prononcé une allocution pendant laquelle il a rebaptisé Burj Dubai en «Burj Khalifa», du nom du chef de l'Etat de la fédération des Emirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, dont Dubaï fait partie. Cheikh Khalifa est également le souverain de l'émirat d'Abou Dhabi venu au secours de Dubaï lors de la crise de sa dette lui avançant 10 milliards de dollars pour sauver Nakheel, une firme de son conglomérat Dubai World.

Visible à 95 km à la ronde

La cérémonie d'inauguration a coïncidé avec le quatrième anniversaire de l'accession au pouvoir de cheikh Mohammad. Des parachutistes ont touché le sol en portant les couleurs des Emirats, rouge, vert, noir et blanc, tandis qu'un portrait géant de cheikh Khalifa se dessinait sur un mur d'enceinte.

Un spectacle pyrotechnique s'en est suivi, illuminant la tour comme un sapin de Noël sous les vivats de milliers de personnes. Pendant de longues minutes, la tour a craché des gerbes de lumières de toutes les couleurs illuminant le ciel de Dubaï.

video

var s1 = new SWFObject('http://www.multimediaconcept.ch/video/player-viral.swf','ply','460','276','9','#ffffff'); s1.addParam('allowfullscreen','true'); s1.addParam('allowscriptaccess','always'); s1.addParam('wmode','opaque'); s1.addParam('flashvars','file=http://www.multimediaconcept.ch/video/dubai-final.mov&plugins=hd-1&hd.file=http://www.multimediaconcept.ch/video/dubai-final.mov'); s1.write('mediaspace');

1,5 milliard de dollars

Avec ses 160 étages, qui ont englouti 330'000 m3 de béton et 31'400 tonnes d'armatures, «Burj Khalifa» se dresse entre désert et mer comme une icône architecturale.

La construction de la tour, entamée en 2004, «a coûté 1,5 milliard de dollars», a indiqué le PDG du géant immobilier Emaar, son promoteur. Elle comptera 200 étages mais uniquement 160 d'entre eux seront occupés par des appartements ou des bureaux.

Nouvelle référence

Pour l'architecte Bill Baker, ingénieur en génie civil et partenaire de la société Skidmore, Owings and Merrill (SOM, basée à Chicago), Burj Khalifa fait figure de nouvelle référence. «Nous avons beaucoup appris de Burj Khalifa. Je pense que nous pourrions désormais construire facilement (une tour d')un kilomètre. Nous sommes optimistes sur la possibilité d'aller encore plus haut. C'est sans doute un nouveau point de référence». En remportant le contrat, «nous pensions battre de peu le record détenu par la tour de Tapei 101 (508 mètres). Mais le client (Emaar) nous demandait chaque fois d'aller plus haut, sans nous fixer de limite», poursuit-il. «Nous avons pu adapter la structure, comme si nous accordions un instrument de musique».

Stabilité à toute épreuve

Le bâtiment à la base en forme de Y se rétrécit au fur et à mesure vers le haut. Il est prolongé par une structure en acier, qui se termine par une énorme flèche. George Efstathiou, responsable de SOM et principal chef du projet, soutient que sa base en Y, qui prend en considération l'effet du vent, assure la stabilité de la structure. «Il y a de nombreuses tempêtes qu'on ne sentira même pas (...). La tour est plus stable que d'autres gratte-ciel beaucoup moins hauts», assure-t-il.

Projet pharaonique

Les travaux de construction, entamés en 2004, ont été réalisés par la compagnie sud-coréenne Samsung Engineering & Construction, le groupe belge BESIX et la société émiratie Arabtec.

Burj Khalifa - qui compte plus de 1000 appartements, des bureaux dans 49 étages et un luxueux hôtel Armani aux étages inférieurs - est l'élément central d'un gigantesque projet de 20 milliards de dollars, le nouveau quartier, «Downtown Burj Dubai», incluant 30'000 appartements et le plus grand centre commercial du monde.

Burj Dubai pourrait être, selon certains, le dernier des projets pharaoniques ayant fait la réputation mondiale de Dubaï, dont une île artificielle sous forme de palmier construite par le géant immobilier Nakheel, à l'origine des difficultés financières de l'émirat. NaKheel est une filiale du conglomérat Dubai World qui a demandé un moratoire sur une dette de plusieurs milliards de dollars.

En 2009, les prix de l'immobilier ont chuté de plus de 50% dans l'émirat mais, selon les agents, la baisse s'est révélée moindre à Burj Dubai où le mètre carré en zone commerciale avait atteint jusqu'à 5500 dollars en 2008 au plus fort du boom immobilier. (afp/bmg/com)

Des chiffres ébouriffants

  • On peut accéder au sommet de la tour en deux minutes grâce aux ascenseurs les plus rapides au monde, dont la vitesse peut atteindre 40 km/h.
  • La façade extérieure de la tour est en verre et en acier et six à huit semaines seront nécessaires pour le nettoyage d'une surface équivalente à 17 terrains de football.
  • La quantité de béton utilisée est équivalente à celle nécessaire pour construire un trottoir de 2065 kilomètres.
  • Le système de climatisation produit assez de condensation pour remplir 20 piscines olympiques par an. L'eau ainsi récupérée sera utilisée pour arroser les jardins.
  • La construction a nécessité 2509 années-homme, soit 22 millions d’heures de travail pour tous ceux ayant contribué à son édification.

Le revers de la médaille

  • Burj Khalifa a principalement été construite par des ingénieurs et travailleurs immigrés pakistanais, indiens, bangladais, chinois et philippins.
  • Des articles de presse ont rapporté que des charpentiers qualifiés travaillant sur le site avaient gagné à peu près 7,60 dollars par jour contre 4 dollars par jour pour les ouvriers.
  • Les syndicats étaient interdits aux Émirats arabes unis jusqu'à une époque récente.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.