13:03 ARCHITECTURE

Des grappes géantes d’immeubles pour contrer le changement climatique

Teaserbild-Quelle: Adobe Stock

Le changement climatique et l’urbanisation posent de de nombreux défis architecturaux. Le Laboratoire fédéral de recherche sur les matériaux (Empa) se penche sur le concept des Superblocks, de grands blocs d'immeubles dont l'intérieur exclut le trafic motorisé.

Barcelone présente des structures urbaines idéales pour les Superblocks. Ce principe consiste à regrouper neuf (3x3) blocs de bâtiments et à les séparer par des rues extérieures. Cela permet notamment de créer des pistes cyclables et piétonnes, des espace

Crédit image: Adobe Stock

Les Superblocks regroupent neuf (3x3) îlots de bâtiments en les séparant par des rues extérieures. Cela permet notamment de créer des pistes cyclables et piétonnes, des espaces verts et des zones de rencontre, comme ici à Barcelone.

Chaleur croissante, pollution sonore et atmosphérique, diminution des espaces verts: les villes sont confrontées au changement climatique et à la croissance de leur population. «L'aménagement urbain est un facteur central. La conception et l'utilisation de l'espace routier influencent la qualité de vie des habitants et ont le potentiel d'améliorer considérablement le climat urbain», explique Sven Eggimann, chercheur à l'Empa. Dans une nouvelle étude, il a examiné quels aménagements urbains peuvent favoriser la création de Superblocks, ou super îlots urbains.

Comparé à un quartier de maisons normal, le Superblock ne connaît que peu ou pas de trafic de transit motorisé.

Crédit image: Empa

Le Superblock ne connaît que peu ou pas de trafic de transit motorisé.

Un Superblock typique, tel qu'on le trouve à Barcelone, se compose de 3x3 îlots d'immeubles, séparés les uns des autres par des rues (extérieures). Les rues à l'intérieur sont libérées du trafic de transit. Cette surface intérieure peut ainsi être réaménagée et utilisée de manière alternative. Le potentiel de ce design urbain est élevé parce que les rues représentent une part considérable de la surface totale dans les zones urbaines actuelles. Dans les villes européennes, celle-ci se situe typiquement entre 15% et 25%.

A la recherche de sites potentiels
Toutes les villes ne peuvent ou ne doivent pas être transformées selon ce concept, estime l’Empa. En tenant compte du réseau routier et de la densité de population, il est ainsi possible d'identifier des plans urbains similaires à celui adopté à Barcelone. Cette approche a été appliquée à différentes villes du monde entier afin d'identifier le nombre de rues qui pourraient effectivement être réutilisées selon le principe des Superblocks. Pour ce faire, il faut tenir compte du fait  que le réaménagement ne doit pas perturber outre mesure le flux de circulation dans la ville.

Les résultats varient de quelques pour cent à plus d'un tiers des rues d'une ville qui pourraient être réaménagés. Il est intéressant de constater que les villes dont les rues sont moins quadrillées que celles de Barcelone se prêteraient tout à fait à la création de Superblocks. Les villes comme Mexico, Madrid et Tokyo présentent le plus grand potentiel.

De quoi envisager des aménagements similaires dans certaines villes suisses confrontées au changement climatique.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.