16:12 ARCHITECTURE

L’architecture met à nu l’âme de l’horlogerie chez Audemars Piguet

Auteurs: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: CCHE

Tradition et innovation. Grandes complications et transparence. Depuis 1882, Audemars Piguet réalise des bijoux horlogers. Uniques et éternels. Une histoire qui remonte à 1875 et dont les façades des bâtiments du Brassus reflètent les temps héroïques de la fin du XIXe siècle et les diverses étapes qui au cours des décennies ont marqué son développement artisanal. En 2020, la manufacture de la Vallée de Joux marque son époque en dévoilant son Musée Atelier, un écrin design et intemporel. A l’image de ses chefs d’œuvres.

Audemars-Piguet 1

Quelle: CCHE

Le Musée Atelier Audemars Piguet est d’une complexité architecturale et technique insoupçonnée. Sans l’apport du BIM, il aurait été très difficile à construire, d’autant plus qu’ingénieurs et architectes devaient rester en contact permanent entre le chantier du Brassus, les bureaux CCHE à Lausanne, ainsi que les cabinets BIG à Copenhague et New York.

Depuis la route qui passe devant les édifices de la marque, dont le bâtiment historique qui date de 1868, on ne remarque rien. Le nouveau Musée Atelier Audemars Piguet est d’une discrétion absolue, très helvétique, lové dans la pente douce qui s’ouvre sur la Vallée.

Ce pavillon tout en transparence est partiellement enterré et représente une spirale, symbole hautement représentatif du monde horloger et référence directe au ressort spiral considéré comme l'âme de la montre mécanique. Sa section émergée au-dessus de la pelouse permet de découvrir une série de galeries vitrées et d’espaces qui font remonter le temps aux visiteurs.

Le projet est signé BIG, le cabinet d’architectes danois. Et Bjarke Ingels ne cache pas son enthousiasme : « L’horlogerie, comme l’architecture, est une science qui cherche à insuffler la vie à une matière inanimée. C’est l’art d’imprégner l’énergie et le mouvement, l’intelligence et la performance aux métaux et aux minéraux ; de leur donner vie sous forme de raconteurs de temps. Au Brassus, nous avons essayé d’intégrer complètement la géométrie et la performance, la forme et la fonction, l’espace et la structure, l’intérieur et l’extérieur dans un creuset symbiotique. »

Et l’architecte de poursuivre : « Notre projet est conçu comme un oxymoron. Cette figure de style qui réunit deux mots, deux concepts en apparence contradictoires. Nous voulons que cet espace soit frappant, mais subtil. Contemporain, mais intemporel. Fonctionnel, mais sculptural. Sans attaches, mais ancré. Local, mais global. »

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Annonces

Dossiers

Coronavirus
© Suva

Coronavirus

Entreprises et chantiers s’accrochent aux mesures sanitaires

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.