15:07 ARCHITECTURE

Le campus bâlois de Novartis scintille grâce à ses panneaux solaires

Teaserbild-Quelle: iart ,studio for media architectures

La façade du nouveau pavillon du campus Novartis à Bâle fonctionne comme un manteau équipé de 10'000 panneaux solaires et de LED. Ce qui permet au bâtiment de produire sa propre énergie et émettre de la lumière intérieure et extérieure.  

Le pavillon sur le campus bâlois de Novartis est entouré de verdure.

Crédit image: iart ,studio for media architectures

Le pavillon du campus bâlois est entouré de verdure pour mieux briller.

La lumière du soleil fait apparaître des textes et des animations sur le pavillon en forme de beignet du campus bâlois de Novartis. L’enveloppe high-tech est le résultat d’une collaboration entre Michele de Lucchi, l’architecte de ce petit bâtiment, et le studio «iart», spécialisé dans l’architecture et le design numériques.

La façade fonctionne comme une sorte de manteau. Elle est composée de 10’000 panneaux solaires rappelant des écailles et équipés d’un total de 30’000 ampoules LED. Celles-ci sont intégrées dans les panneaux de manière à émettre de la lumière à la fois vers l’extérieur et vers l’intérieur. Elles éclairent aussi l’enveloppe métallique située sous le manteau. La lumière est alors réfléchie par le métal et traverse à nouveau la façade semi-transparente des panneaux solaires vers l’extérieur. Selon le studio «iart», la façade ne consomme que la quantité d’énergie électrique qu’elle produit elle-même.

Les panneaux solaires scintillent telle une robe d'écailles.

Crédit image: iart ,studio for media architectures

Les panneaux solaires scintillent comme une robe d'écailles.

Les panneaux sont faits de modules organiques à base de carbone, spécialement fabriqués pour le petit bâtiment. Ils peuvent être produits sous différentes formes. Ils sont également flexibles, translucides et très sensibles à la lumière. Ils peuvent ainsi être installés même dans des endroits qui ne sont pas optimalement orientés vers le soleil. De plus, ils contiennent moins d’énergie grise que les modules solaires au silicium, ce qui les rend également intéressants du point de vue du développement durable.

La façade médiatique déploie un effet magique la nuit.

Crédit image: iart ,studio for media architectures

La façade déploie sa magie également la nuit.

L’électricité produite par les modules solaires génère suffisamment d’électricité pour afficher des textes pendant la journée, lorsque l’exposition est ouverte, et pour faire apparaître des animations jusqu’à deux heures après le coucher du soleil. Cependant, une analyse complète de la production d’électricité ne sera possible que dans quelques mois, lorsque suffisamment de données seront disponibles, explique encore le bureau «iart».

A ce jour la façade a été utilisée pendant une demi-heure après le coucher du soleil. Cependant, divers problèmes techniques retardent sa mise en service complète.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Fondation pour la protection du climat et de la compensation du CO₂ KliK

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.