17:04 ARCHITECTURE

Le Japonais Kengo Kuma signe son «Stairway to Heaven» pour loger les étudiants genevois

Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

Attention chef d’œuvre ! Certains bâtiments sont efficaces, bien construits, parfois même beaux. D’autres sont originaux et laissent sans voix. Ne parlons pas de tous ceux qui sont insignifiants. Et puis… il y a le dernier-né du célèbre architecte japonais Kengo Kuma. Une résidence étudiante qui jouxte le Palais des Nations de Genève et touche au sublime. Le complexe vibre, se transforme et vit au rythme de ses habitants. Et n’est à chaque fois ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Lieux d'activités en commun et espaces privés cohabitent tout le long d’une « balade graduelle » qui invite à rejoindre le ciel. Le cocon protecteur s’ouvre vers les étoiles. Frissons garantis.

Kengo Kuma 1

Quelle: Jean-A. Luque

Le cheminement qui fait office de « balade graduelle » est une invitation à l’inattendu, tantôt large et terrasse, tantôt plus étroit et escalier.

Concrètement, toutes les activités en commun sont dispersées verticalement à l’intérieur même du bâtiment par le biais de plateaux inclinés. Au rez, on repère par exemple les services administratifs et les boîtes aux lettres des étudiants. En grimpant on découvre progressivement une épicerie et un coffee shop, des salles de travail, l’auditorium, le restaurant et ses tables dispersées sur la passerelle. Encore plus haut, le fitness succède à des salles de détente. S’ajoutent 26 cuisines communes que l’on distingue en façade par leurs grandes ouvertures. Au sommet, on trouve encore des salles de réunion et, point d’orgue, une grande salle polyvalente qui s’ouvre sur une terrasse panoramique avec vue imprenable sur le Palais des nations, la rade de Genève et son jet d’eau, puis les Alpes.

Balade avant-gardiste
Véritable signature du projet, cette « balade graduelle » est visible de l’extérieur par  le chemin taillé dans la façade qui s’élève en tournant le long du premier bâtiment pour rejoindre le second via la passerelle et poursuivre son ascension. «  L’approche de Kengo Kuma est absolument avant-gardiste, s’exclame Pierre Guth. Cette balade graduelle, véritable rue dédiée aux  activités et à la communauté, canalise les flux, favorise les rencontres et donne vie aux deux bâtiments.  »

L’architecture du maître japonais joue sur les contrastes entre l’extérieur et l’intérieur, les espaces publics et privés, le chaud et  le froid. La façade est revêtue d’aluminium et de verre, tandis que sa «  balade graduelle  » telle une veine laisse découvrir l’intérieur où la chaleur du bois domine. Cependant, si la salle polyvalente au sommet a été équipée de parquet pour le basket, le reste n'est qu'apparence. Partout ailleurs, le maître d'ouvrage a misé sur la durabilité, avec des matériaux résistants aux UV pour plusieurs décennies : « Le monde des étudiants soumet les éléments à rude épreuve. Nous avons donc du stratifié, de la céramique pour le sol de la passerelle et du métal imprimé au plafond. L'illusion du bois est parfaite. »

Mobilier et logements malins
Intégrés aux zones publiques, on comptabilise quelque 630 logements étudiants, ce qui représente 678 lits. Des appartements qui eux-mêmes sont une maquette réduite du concept architectural. Il suffit pour s’en convaincre de regarder le contraste entre la couleur bois du mobilier et le blanc et le gris des murs et des façades. D’inspiration nettement japonaise, les appartements sont malins et faciles à vivre, entièrement équipés. Un soin maniaque a été apporté  à chaque détail pour optimiser tout l’espace.

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.