08:09 ARCHITECTURE

L’EPFL encourage la construction de logements plus cloisonnés

Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard

Pour lutter contre les augmentations des coûts énergétiques, ne faudrait-il pas arrêter de construire des logements toujours plus vastes? L’EPFL propose via une thèse d’inverser la tendance à la hausse de la surface habitable au profit d’une meilleure sensibilité écologique. De quoi bouleverser les habitudes…

Appartements plus petits EPFL 2

Crédit image: Philippe Chopard

Certains nouveaux quartiers, comme celui de Belle-Terre à Thônex (GE), considèrent déjà que la qualité d’un logement ne passe pas forcément par l’aménagement de vastes surfaces ouvertes.

La lutte contre le réchauffement climatique secoue l’architecture et le bâtiment. A tel point que l’EPFL, via une thèse de doctorat, lance un vrai cri d’alarme. L’augmentation de la surface moyenne des logements fait aussi augmenter les coûts de l’énergie, notamment en proposant des espaces de vie de moins en moins adaptés au nombre de personnes qui les occupent. L’ingénieure civile Margarita Agriantoni prône un retour à l’aménagement de pièces de vie plus petites à l’horizon 2050.

Aujourd’hui, constate la thèse, un appartement de 100 m² est chauffé de la même manière s’il est occupé de deux ou quatre personnes. Soit un non-sens écologique. Et la demande en nouveaux logements ne cesse de croître du fait de l’augmentation de la population.

Multiples critères d’analyse
L’étude de l’EPFL a porté sur un parc immobilier locatif de 11'000 logements appartenant à deux coopératives et répartis partout en Suisse. Elle a aussi mélangé des bâtiments issus des secteurs privé et coopératif pour affiner la pertinence de son analyse. Elle a tenu compte des projets de rénovation, de la surface habitable, du montant des loyers et des prix des terrains. Avec pour résultat un patchwork établi au travers de nombreux ateliers menés avec les propriétaires, pour comprendre leurs différentes stratégies d’investissement. Ces données ont été ensuite complétées par un questionnaire rempli par les locataires.

Quatre scénarios inopérants
La surface habitable doit selon l’étude augmenter de 11% d’ici 2050 si rien n’est entrepris. La thèse propose quatre scénarios pour inverser la tendance. Les propriétaires peuvent être invités à mieux occuper la surface disponible. Ou à densifier davantage leur parc immobilier existant au profit de nouvelles constructions. Les ménages peuvent aussi affiner leur sensibilité écologique en adaptant mieux leur surface habitable au nombre de personnes qui y résident. Enfin, une combinaison entre les deux premiers cas de figure est à étudier, selon la thèse.

Néanmoins, ces différentes solutions ne font toujours pas réduire la surface moyenne de chaque logement. Margarita Agriantoni prône un changement radical des habitudes en matière de construction. « Quelques mètres carrés en moins suffisent à avoir un réel impact écologique, » affirme-t-elle. Soit le retour à des appartements formés de pièces plus petites.


Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Solu’Tubes SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.