09:07 ARCHITECTURE

L’EPFL perce les mystères de l’assemblage de la toiture de l’Opéra de Sydney

Teaserbild-Quelle: Dietmar Rabich, CC_BY-SA_4.0

Cinquante ans après sa construction, l’Opéra de Sydney continue de fasciner les architectes et les ingénieurs. En collaboration avec deux scientifiques australiens, l’EPFL a percé une partie des mystères entourant l’assemblage de la toiture multicoques de cette merveille. Les chercheurs ont eu recours à la digitalisation pour mieux comprendre les techniques utilisées à l’époque.

Opéra Sydney 2

Crédit image: Philippe Chopard

La toiture multicoques de l’Opéra est une merveille, mais son assemblage était resté mystérieux pendant un demi-siècle.

Le jubilé de l’Opéra de Sydney donne l’occasion de se replonger dans l’histoire tumultueuse de sa construction. Et c’est l’EPFL qui contribue à la fournir en se penchant sur des archives inédites. Notamment à propos de l’assemblage complexe de la toiture en forme de voiles.

Cet opéra planté au centre de la mégalopole australienne est une icône. Il se compose de deux parties, l’une pour une salle de concert et l’autre pour les représentations d’opéra. Sa toiture multicoques est un vrai bijou architectural.

Du point de vue de l’architecte, le bâtiment distingue le lieu de concert proprement dit de ses fondations et de sa toiture. En étudiant les archives, le professeur de l’EPFL Paolo Tombesi a eu la surprise de ne découvrir que des croquis en lieu et place de plans complets. Il a fallu l’apport de deux collègues australiens pour qu’il puisse lever un voile partiel sur les techniques de construction utilisées à l’époque. Ils ont pu découvrir des dessins détaillant la structure très complexe des arches qui constituent les voiles de la toiture.

Un hommage aux techniciens
« Hornibrook, l’entreprise de construction chargée de l’Opéra de Sydney a joué un rôle central dans l’assemblage des éléments de la toiture », explique le professeur Paolo Tombesi. Spécialisée dans la construction de ponts, cette société a créé de nouveaux outils sous la forme d’une arche télescopique pour mettre en place les différentes parties de ce monument. Leurs inventions ont malheureusement disparu après dans l’anonymat de cartons de documents, explique l’EPFL dans un communiqué.


Les scientifiques de l’EPFL et australiens sont même allés plus loin en digitalisant les dessins du bâtiment qu’ils ont découverts. Ils ont ainsi reproduit la géométrie de l’édifice et séquencé dans une vidéo les différentes étapes de sa construction. Leurs découvertes seront documentées ces prochains mois dans une série d’articles scientifiques.

 

 

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Doka Schweiz AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.