14:02 MONDE DE LA CONSTRUCTION

Bernasconi veut biffer 40 postes de travail pour mieux se concentrer sur les infrastructures

Écrit par: Philippe Chopard
Source de l'image teaser: Bernasconi

L’entreprise neuchâteloise de construction F. Bernasconi et Cie SA abandonne son secteur du bâtiment pour mieux se concentrer sur ses projets de construction d’infrastructures. 40 postes sur 230 pourraient ainsi être biffés.


Bernasconi 3

Quelle: Bernasconi

Le secteur du bâtiment a pourtant permis à l’entreprise de participer à la réalisation de grands projets de Suisse romande, comme celui de la nouvelle gare de Cornavin.

C’est officiellement une réorganisation. Dans les faits, c’est une suppression de postes. L’entreprise de construction F. Bernasconi et Cie SA ouvre une consultation dans l’optique de biffer 40 postes sur les 230 qu’elle compte actuellement. Cette décision provoque l’émoi au Val-de-Ruz (NE), où elle est historiquement et affectivement implantée. Mais son impact résonne partout en Suisse romande.

Bernasconi est un fleuron de la construction dans le canton de Neuchâtel. Créée en 1938, elle a diversifié ses activités dans le secteur du bâtiment, des ouvrages d’art et du génie civil. C’est précisément le premier domaine d’activité qu’elle souhaite abandonner. Ses projets souffrent en effet de la crise sanitaire et d’un marché immobilier difficile. En revanche, le canton de Neuchâtel s’apprête à entamer de grands investissements dans ses liaisons routières et ferroviaires. Nul doute que la société, basée aux Geneveys-sur-Coffrane, voudra y prendre part comme elle l’a fait par le passé pour d’autres grands chantiers cantonaux.

Valse des directeurs

La direction de l’entreprise a connu beaucoup de changements ces dernières années, après le retrait de son patron Sylvio Bernasconi. Elle s’est aussi affranchie petit à petit de société dirigeant tout dans son village. L’abandon de ses activités historiques dans le bâtiment est un coup dur pour l’économie locale. Pourtant, la société a encore participé ces dernières années à des chantiers d’envergure en Suisse romande, comme celui de la gare de Cornavin, et ouvert une succursale à Puidoux (VD).

La commune de Val-de-Ruz annonce vouloir limiter la casse et préserver les emplois. Le syndicat Unia Neuchâtel a été directement contacté par l’entreprise, de même que la commission paritaire neuchâteloise. La consultation prévoit deux phases. D’abord, le syndicat indique vouloir tout faire pour diminuer le nombre de suppression de postes. Ensuite, il militera pour que les employés touchés puissent préserver leur retraite et bénéficier de confortables mesures d’accompagnement. Le personnel de l’entreprise Bernasconi lui est généralement fidèle pendant une longue période.

Depuis l’introduction des nouvelles mesures de semi-confinement, la situation de la sécurité sur les chantiers s’est sensiblement améliorée, précise Unia Neuchâtel. Les contrôles sont fréquents et les infractions assez rares. Parmi les problèmes soulevés figurent les locaux pour les pauses et l’accès à l’eau chaude. Surtout lors des grands froids du début février.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.